Au service des puissants, contre les gueux

Je supporte de plus en plus mal l’arrogance des riches, et plus encore le mépris de ceux qui se croient dans le camp des riches, au service des riches.

A une autre époque, disons en 2002-2004, je supportais mal l’arrogance des Américains, et plus encore l’arrogance de ceux qui se croyaient dans le camp des Américains, au service des Américains. Triste apogée du bushisme.

If you are not with us, you are with the terrorists.

Comme disait approximativement Adolfo Ramirez (Gérard Jugnot) dans « Papy fait de la Résistance » :

Mais puisque je vous dis que je suis dans votre camp ! Je suis un traître, y a pas plus traître que moi, je suis à peine français ! Vous pouvez pas me faire arrêter, j’ai dénoncé tout le monde.

Ceci pour commenter ce petit article de Pierre-Antoine Delhommais dans Le Point. Extrait :

M. Mittal n’a rencontré qu’une heure M. Hollande à l’Élysée. Dommage qu’il n’y soit pas resté plus longtemps pour donner à notre président des cours de rattrapage sur la mondialisation économique, la compétitivité et l’art de conquérir des parts de marché.

Monsieur Delhommais prend pour modèle un financier sans scrupules qui a fait grossir son groupe à coups d’endettement massif et d’acquisitions plus ou moins malhonnêtes. Un administrateur de la banque Goldman Sachs !

Monsieur Delhommais ne cache pas, symétriquement, son mépris pour un président élu par les Français, et pour les Français eux-mêmes.

Monsieur Delhommais vit probablement en France, mais il déteste les Français. C’est bien commode. Il achète son pain à un boulanger français ; ses poubelles sont ramassées par des éboueurs français ; il utilise des infrastructures françaises ; quand il est malade il est soigné par un médecin français et il bénéficie de la sécurité sociale française. Mais il méprise tous ces gueux. Spirituellement, il a choisi d’être dans le bon camp, dans le camp des « créateurs de richesse » ! Il doit se sentir ainsi tellement supérieur, tellement plus fort !

Croit-il faire partie de cette « hyper-classe » mondialisée, apatride, cynique — les fameux 1% (ou 0,1%) — qui n’ont que mépris pour les gens ordinaires des pays ordinaires ? Il n’est au mieux qu’un de leurs valets.

En contrepoint, lire les derniers élans d’Arnaud Montebourg hier à Bruxelles.

Est-ce possible, lorsqu’on est commissaire européen, d’ouvrir les yeux et de voir ce qui se passe au lieu d’attendre que des choses irrémédiables se produisent ? (…) Nous sommes les idiots du village global. (…) [A défaut, un pays comme la France sera demain] un grand domaine de vacances avec 10 000 musées et des emplois précaires.

Bonne journée.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s