L’époque est aux messages courts

L’époque est aux messages courts.

Mon idée de la communication écrite il y a une vingtaine d’années, c’était des lettres manuscrites d’une ou plusieurs pages.

Selon Google, on compte en général, en français comme en anglais, 6 lettres par mots. Soit 7 signes, pour tenir compte de l’espace et de la ponctuation.

Toujours selon Google, une page A4 (en Times New Roman 12) c’est entre 450 et 500 mots. Soyons fous, disons 500 mots. Soit 3500 caractères.

Encore selon Google, dans le monde du journalisme français, un « feuillet », c’est 1500 signes, soit environ 260 mots.

La forme ultime de l’époque est le tweet. 140 caractères.

Donc formellement, une page A4 bien tassée peut contenir 25 tweets. Et un « feuillet », c’est une dizaine de tweets.

J’ai mis longtemps à m’y faire. Twitter n’est que l’aboutissement d’une longue tendance, le cap qui conclut la péninsule.

Il y a 2-3 ans, quand plusieurs personnes m’ont conseillé de m’intéresser à Twitter, j’ai haussé les épaules. 140 caractères ? Qu’est-ce qu’on peut bien dire en 140 caractères ?

Et puis je m’y suis mis, d’abord en tant que récepteur (je n’ose pas dire, lecteur), ensuite en tant que producteur (quel autre mot utiliser). J’ai découvert qu’on peut passer pas mal de choses en peu de caractères, plus que je ne l’aurais imaginé. Je vois aussi des effets secondaires que je n’aurais pas imaginé.

L’époque est aux messages courts. Ça n’a pas que des inconvénients. Dans certaines sphères, on appelle ça une « contrainte formelle ».

Faire court, ça peut être, dans une certaine mesure, se forcer à faire clair. Concis. Précis. Straight to the point. Ne pas noyer le lecteur.

Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. (Boileau)

Faire court, ça impose d’éviter de diverger. Ça impose de rester mono-sujet. Ça limite la tentation des grandes envolées.

C’est en partie grâce à Twitter que je me suis enfin décidé à lancer un blog. Ça ne veut pas dire que j’y posterai des tweets. Ça veut juste dire que je n’ai plus de regrets ou de scrupules à faire des billets courts.

Le billet précédent me parait « long », il fait 920 mots. Celui-ci va s’arrêter vers 350 mots. Il me semble trop long.

Bonne journée.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s