Nous sommes des mammifères

L’espèce humaine a mis longtemps à s’adapter aux climats froids.

Cette adaptation s’est faite par étapes successives : animales, préhistoriques, historiques, industrielles.

En cette matière-là comme en beaucoup d’autres, les dernières siècles ont vu les étapes s’accélérer. Toutes sortes de techniques et de produits permettent maintenant, apparemment, de s’affranchir des « rythmes traditionnels » des époques précédentes.

Dans le désordre : l’éclairage électrique, le chauffage central, les textiles synthétiques, le café, les oranges, la vitamine C, le magnésium, la vitamine D (anciennement appelée : huile de foie de morue), l’alcool, les rituels des fêtes de fin d’année, les gavages aux réveillons, les soldes, la Saint-Valentin, la télévision et autres écrans qui piquent les yeux, etc. Des stimulants, des dérivatifs, des excitants, des compensations.

Pour oublier qu’il fait froid, qu’on manque de lumière, que les microbes rôdent. Pour oublier la fatigue.

Pour oublier que nous sommes aussi des mammifères.

La plupart des mammifères, l’hiver, se replient dans leur tanière, se recroquevillent, collés les uns aux autres pour se tenir chaud et attendre que ça se passe.

Rien d’étonnant à ce que nous ressentions une telle envie en permanence : retourner se coucher et attendre que ça se passe.

Bonne veillée.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s