Le mariage pour tous et l’ordre naturel

Certains concepts m’agacent.

Par exemple, « l’ordre naturel ».

Prenons le débat en cours sur le « mariage pour les personnes de même sexe ».

Petite parenthèse : Le titre technique de la chose est  » Projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe « , mais j’observe que, en général, les adversaires parlent de « mariage homosexuel » alors que les partisans préfèrent l’expression « mariage pour tous ». J’adore ce genre de situation, quand les camps se divisent sur les mots — car les mots sont importants. Mon exemple préféré reste le « traité sur l’Union Européenne », négocié à Maastricht fin 1991. Les adversaires prononçaient MaastriKKt, les partisans MaastriCHte, mais les Hollandais disent MaastriRRt. Fin de la parenthèse.

Je n’aime pas la tournure que prend ce débat, de plus en plus idéologisé, de plus en plus marqué par l’étalage de dogmes, religieux ou pas religieux. J’espère en particulier que, faire un billet sur ce sujet maintenant, ne va pas m’attirer quelques trolls désoeuvrés.

Car le « mariage pour tous » va, selon ses adversaires, à l’encontre de « l’ordre naturel » !

Ils disent probablement « ordre naturel » parce que « ordre moral » ne passerait pas.

Rendez-vous compte, « l’ordre naturel » !

La nature !

« L’ordre naturel » est une évidence. Forcément. C’est intangible. C’est objectif !

Objectivement, chaque individu est né de la fécondation d’un ovule et d’un spermatozoïde, donc d’un homme et d’une femme. C’est « l’ordre naturel ».

Ayant la chance d’avoir un parent proche féru de généalogie, et passionné par les registres des mairies du XIXème siècle et des paroisses du XVIIIème siècle, je sais que la filiation n’est pas juste une affaire biologique. Et connaissant assez bien le concept de famille recomposée, je sais que l’éducation n’est pas juste une affaire biologique. Un individu n’est pas juste un oeuf.

Objectivement, le mariage est fait pour avoir des enfants. C’est l’ « ordre naturel ».

En 2010, en France selon l’INSEE, 54,9% des enfants sont nés hors mariage. L’INSEE ne précise pas combien sont nés de couples PACSés. En 2010, selon l’INSEE, il y a eu en France 251 654 mariages et 133 909 divorces. Il y a aussi eu 205 558 PACS conclus — mais je n’ai pas trouvé de chiffres sur les PACS rompus (par mariage, ou par séparation).

Objectivement, la nature nous impose un « ordre naturel » qui transcende les lieux et les époques.

Le Monde a publié un merveilleux article de Danièle Hervieu-Léger. Elle récapitule la construction du « modèle chrétien du mariage », le compromis historique du Code Civil avec Napoléon, et les liaisons dangereuses avec la psychanalyse. C’est très intéressant de regarder ce qu’il y a sous le capot de cette vieille voiture. Si j’avais du temps, je relirais « L’Amour et l’Occident », de Denis de Rougement, que j’avais été amené à lire trop jeune pour le comprendre.

Danièle Hervieu-Léger exécute proprement le concept d' »ordre naturel » :

La nature n’est plus un « ordre » : elle est un système complexe qui conjugue actions et rétroactions, régularités et aléas. Cette nouvelle approche fait voler en éclats les jeux d’équivalence entre naturalité et sacralité dont l’Eglise a armé son discours normatif sur toutes les questions touchant à la sexualité et à la procréation.

J’ai vu passer récemment un joli graphique, montrant l’évolution aux Etats-Unis de la réponse à la question « Do you approve of marriage between black and whites? ». En 1958, 4%. En 1983, 43%. En 2011, 86%.

Je suppose qu’on doit trouver assez facilement toutes sortes de propagande pour expliquer que l’accouplement de Blancs et de Noirs reste « contre-nature », Google doit pouvoir me trouver ça, mais j’ai pas très envie de trainer chez les Rednecks ce soir.

Je suppose surtout que, jusqu’aux bonnes années 1950s elles-mêmes, le caractère « contre-nature » de cette chose était une idée dominante, une évidence, pour une bonne majorité de la population américaine.

Je suis aussi persuadé que je suis moi-même, comme un enfant de mon temps, truffé d’idées reçues dont je n’ai même pas conscience, mais qui paraîtraient grotesques il y a un siècle, ou désuètes dans un siècle. Et inversement, que certaines caractéristiques du monde de dans un siècle, s’il m’était donné de les connaître, me feraient viscéralement horreur.

J’ai mes préjugés et je vis avec, sans m’en rendre forcément compte. J’ai pris conscience de certains, j’en ai éliminé certains, j’en ai attrapé d’autres. J’essaie cependant de ne pas nuire à mes semblables avec mes préjugés.

Dans son roman « The Lost World », en 1995, Michael Crichton a écrit :

A hundred years from now, people will look back on us and laugh. They’ll say, ‘You know what people used to believe? They believed in photons and electrons. Can you imagine anything so silly?’ They’ll have a good laugh, because by then there will be newer and better fantasies.

Bref, celles et ceux qui braillent contre le « mariage pour tous » au nom de l' »ordre naturel » feraient bien de prendre un peu de recul.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s