L’emploi du temps

Parmi les livres que j’aimerais relire, si j’avais du temps, il y a « L’Adversaire », le livre qu’Emmanuel Carrère a écrit à propos de l’affaire Jean-Claude Romand. Il y avait des phrases fantastiques dans ce livre.

L’histoire de Jean-Claude Romand a fasciné beaucoup de monde, dont moi.

Je ne me rappelle plus si j’ai vu le film réalisé à partir du livre d’Emmanuel Carrère. Mais je me rappelle très bien le film sur Jean-Claude Romand intitulé « L’Emploi du Temps ». Un film à revoir.

Ce titre est un excellent choix.

Pour faire court, Jean-Claude Romand faisait croire à tout son entourage qu’il était médecin, en poste à l’OMS, à Genève. Il n’avait pas fini ses études de médecine, et n’était pas employé à l’OMS. Question : que faisait-il de ses journées ? Que faisait-il de tout ce temps, de tout son temps ?

Comme tout le monde, j’ai découvert l’expression « emploi du temps » pendant ma scolarité, normalement au collège, en sixième, en début d’année. C’est à ce moment-là que j’ai appris la logique de faire rentrer le temps dans des cases. L’unité étant l’ « heure de cours ». Dans mon collège, il y avait une sonnerie, ou une cloche, pour marquer la fin d’une « heure de cours » — la suivante étant supposé commencer cinq minutes plus tard.

Dans les environnements professionnels que j’ai traversés ces dernières années, il a presque toujours été question de rendre compte du temps passé. De détailler a posteriori l’emploi de mon temps. Les expressions sont diverses, plus ou moins laides : « time sheets », « time tracking », « reporting sur le temps passé », « compte-rendu d’activité », etc. Les unités varient : parfois juste la journée, plus rarement l’heure (« on ne compte pas ses heures », « attention, y a les 35 heures, faut pas dire si on en fait plus sinon on va avoir des ennuis », etc), une fois c’était « le centième de semaine » (si, si, je vous assure), une autre fois c’était le quart de journée (0,25 fallait-il dire), et une autre fois c’était le quart d’heure (0,25 aussi, j’ai gardé le meilleur pour la fin).

La notion d’emploi du temps — et tout ce qui va avec — a depuis longtemps débordé mon cadre professionnel. Il y a les emplois du temps des enfants, et puis il y a surtout l’art et la manière d’utiliser le temps dit libre — en dehors du temps de travail — pour essayer de caser toutes les tâches domestiques et assimilées. Ce samedi, par exemple, je pourrais écrire ce que fut mon emploi du temps — mais un tel étalage n’est pas l’objet de ce blog.

Le découpage du temps en tranches est devenu une composante fondamentale de mon existence. Avec toute la pression, plus ou moins auto-infligée, qui va avec. Avec la frénésie et la folie qu’elle induit probablement. La fatigue, aussi.

Car pour chaque tranche de temps, il y a une logique de production. Qui précède une logique de productivité. Qu’ai-je fait de l’heure qui vient de s’écouler ? Aurais-je pu caser quelque chose dans la demi-heure de battement entre ceci et cela ? Aurais-je pu lancer telle chose en parallèle de telle autre ? Etc.

Et apparaissent entre les tranches, morceaux et bribes de temps, il y a les interstices. Et le génie d’un truc comme Twitter pour s’insérer dans ces interstices, exploiter ses interstices, « productiviser » ces interstices.

Je suppose que ce morcellement du temps peut paraître effrayant.

Mais c’est ma vie. C’est mon temps. L’emploi de mon temps.

Il me reste quelques minutes avant minuit pour publier ce court billet, écrit en temps limité (contrainte formelle ?).

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s