Je voudrais seulement dormir

A tous les âges que j’ai traversés, j’ai eu des relations compliquées avec le sommeil.

Cependant, je ne crois pas que, enfant ou adolescent, je me sentais vraiment fatigué en fin de journée. C’était certainement une impression diffuse, mais je ne le ressentais pas en tant que telle, ce n’était pas la chappe de plomb que je ressens de plus en plus, ces dernières années.

En particulier, à la saison froide.

Plus je vieillis, et plus se multiplient ces fins de journée où je n’ai plus qu’une envie, une seule et une unique envie, fulgurante, obstinée : aller me coucher, débrancher le corps et le cerveau, tout couper et dormir. Oublier tout le reste. Me cacher au fond de mon lit, me recroqueviller dans ma tanière, comme un gros mammifère. Ne plus entendre le reste.

Le paradoxe est que je suis à un âge où, précisément, ce n’est pas possible, je ne fais pas du tout ce que je veux de mes soirées. Les enfants, le dîner, la vaisselle, l’histoire à raconter pour endormir la petite, les poubelles à sortir, la lessive, le repassage, le rangement, le courrier, etc : il n’y a jamais eu autant d’obstacles entre la fin de la journée de travail et le coucher.

Et ça m’arrange, je m’accroche, je fais ce que j’ai à faire. Mais une voix au fond de moi me murmure, je voudrais seulement dormir.

Et je me rappelle alors pourquoi je me méfie de l’envie de dormir.

La voix extraordinaire de Fabienne Thibeault. Starmania. 1978.

J’ai la tête qui éclate
J’voudrais seulement dormir
M’étendre sur l’asphalte
Et me laisser mourir

Les liens mystérieux entre la fatigue et la dépression m’effraient depuis longtemps.

J’ai appris à me méfier, tant chez moi que chez mes semblables, des bouts de phrase autour de la fatigue, tels que : « Ce n’est rien, je suis juste un peu fatigué(e), c’est tout. » « Je vais bien, mais je suis fatigué(e). » « Je suis pas énervé, inquiet, tendu, irrité, nerveux, triste, las, etc … je suis juste fatigué. » Il me semble que la référence à la fatigue est un indice fréquent de la dépression, quelle que soit son intensité.

Ce n’est qu’un indice, bien sûr, pas une preuve, mais c’est un indice à ne jamais négliger. Evidemment, je ne suis pas médecin. J’ai juste vécu et observé.

Et donc, je me méfie de la fatigue, et je lutte contre le sommeil.

Il y a aussi de longues périodes où mon activité du jour pollue mon sommeil dans la nuit, comme une marée noire vient souiller l’océan et le littoral. Je m’endors, pour fuir les polluants de la journée, et puis quelques minutes ou quelques heures plus tard je baigne à nouveau précisément dans les eaux sales auxquelles je croyais avoir échappé. Et je peux alors encore moins facilement en sortir que je ne le pouvais en vrai, quelques heures auparavant. Alors à quoi bon dormir, si c’est pour recommencer à se battre contre les démons de la journée ? Pourquoi fuir, si c’est pour être rattrapé ?

Il y a enfin les périodes où j’ai tout simplement peur de m’endormir. Pas seulement parce que je crains les cauchemars et autres résurgences nauséabondes de la journée, mais juste parce que j’ai peur de perdre le contrôle. Je dois garder le fil. Si je lâche le fil, je tombe. Si je perds connaissance, peut-être ne reviendrai-je pas. Si je ferme les yeux, peut-être ne les rouvrirai-je jamais. Dormir, c’est mourir un peu.

Or, oui, j’ai peur, j’ai très peur de mourir. J’ai très peur que tout s’arrête.

J’ai la tête qui éclate
J’voudrais seulement dormir
M’étendre sur l’asphalte
Et me laisser mourir

Laissez-moi me débattre
Venez pas m’secourir
Venez plutôt m’abattre
Pour m’empêcher d’souffrir

Je sais, il faut parfois lâcher prise. Au moins une fois par jour.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s