Le cap de la centaine

Ceci est le centième billet publié sur ce blog.

A quelques exceptions expérimentales près, au début, tous ces billets sont plus longs que courts, en tout cas pas des tweets.

100 billets en 145 jours. Pas la peine d’aller plus loin dans les chiffres, pas de quantophrénie ce soir.

Ce centième billet est l’occasion de lever un peu le nez, de prendre un peu de recul, ce qu’il ne faut pas faire trop souvent, mais qu’il faut bien faire quand même de temps en temps.

Pourquoi fais-je ce blog ?

Il n’y a pas une seule raison, il y en a plusieurs, pas forcément ressemblantes ou cohérentes.

1) Ce blog est là pour me forcer à écrire. A écrire autre chose que ce que mes activités professionnelle et personnelle m’amène à écrire, écrire un peu plus que des bouts de mails professionnels ou personnels, des SMS, des slides ou des tweets. Et je ne parle même pas d’écrire sur papier, je traîne certes toujours des gros blocs et des petits cahiers, mais cela doit faire des années que je n’ai pas fait de pages d’écriture sur papier.

Me forcer à écrire, c’est me forcer à aligner des mots dans des phrases qui aient un sens, des phrases dans des paragraphes qui aient un sens. Ecrire des choses qui soient lisibles, qui puissent être lues et comprises. On oublie très facilement que ce n’est pas si facile, d’écrire, de mettre par écrit. Ca n’est pas spontané, ca n’est pas naturel. Ca reste une forme d’art. Ça nécessite de l’entraînement, de la pratique, des essais ratés, de la persévérance, il faut essayer, essayer, sans cesse essayer.

J’aurais pu passer des mois à chercher un titre, mais un lundi matin en décembre 2012, j’ai choisi « prototypeKBlog » en quelques minutes. Le mot « prototype » m’a aidé en me laissant croire que ce n’est « que » un prototype. Une version 1.0, voire une version 0.9. Ça n’a rien de définitif. Ce blog est un entrainement. Un début. Un essai. En tout cas, il a commencé comme tel.

2) Ce blog est là pour m’amener à clarifier. Vérifier ce que j’ai compris en mettant par écrit. Vérifier que je suis capable de transcrire, restituer, partager des choses qui traînent dans ma tête, vues ou entendues, certaines depuis quelques heures, d’autres depuis des années — j’allais dire, depuis des siècles. Il y a toutes sortes d’idées — des bribes de concepts, des pistes de métaphores, des anecdotes, des illuminations, des citations — qui ne résistent pas à la mise en forme. Il faut parfois plusieurs essais — mais dans certains cas, il s’avère que ce qu’on croyait être une idée intéressante ne valait rien. Tant qu’on n’a pas essayé de la mettre par écrit, on ne le sait pas vraiment. La mise par écrit est une épreuve, une sélection. Il faut essayer, essayer, essayer encore.

3) Ce blog est là pour m’aider à voir plus au-delà de mon quotidien. Il ne s’agit pas simplement de mettre en forme des idées, des connaissances, des réflexions. Je suis hanté depuis longtemps par la fameuse phrase d’Albert Einstein :

Imagination is more important than knowledge.

Je n’ai jamais considéré avoir beaucoup d’imagination. Jusqu’à un passé assez récent, je ne m’en inquiétais guère. D’ailleurs, pendant bien longtemps, je me suis laissé persuader, et j’ai été sincèrement persuadé, que seule la connaissance comptait vraiment — l’imagination étant un truc pour les enfants, les poètes et les fous. Je suis maintenant viscéralement convaincu que la sentence d’Einstein est juste. Ça ne veut pas dire que la connaissance est vaine et inutile, juste qu’elle est insuffisante.

L’imagination est comme l’oxygène de l’air. Sans imagination, on respire mal, voire même, on ne respire plus. On étouffe. On suffoque.

Et j’ai une furieuse tendance à l’auto-asphyxie par manque d’imagination. Il n’est pas trop tard pour l’exorciser.

4) Ce blog est là pour m’aider à exister autrement que par le quotidien. Car le quotidien dévore tout ce qu’on le laisse dévorer. Notamment à mon âge. Le cap de la quarantaine, pour faire court.

Ce blog est anonyme, et il le restera, notamment parce que je ne veux surtout pas que ce blog devienne un déversoir des tourments, petits ou grands, de ma vie personnelle présente et immédiate. Surtout pas. Ce blog doit être au-delà, à côté, à part, en plus, en complément. Il n’est pas là pour étaler ma vie quotidienne, pour me sculpter un personnage, vrai ou faux, pour ça il y a Facebook, Twitter et les autres.

Bref, cent billets, ça peut sembler beaucoup. Je mentirai si j’écrivais que je n’en tire aucune fierté. Oui, je suis content d’avoir tenu un certain rythme — cent billets en un peu moins de cinq mois. J’ai réussi à me lancer. Mes meilleurs amis diraient que ça fait bien dix ans que j’aurais dû me lancer. Mieux vaux tard que jamais. Merci à eux.

Cent billets, ça peut sembler beaucoup, mais ce n’est pas grand’chose. C’est présomptueux, mais j’ai plus que ça à écrire. Il y aura certes des redondances, des répétitions, voire des radotages. Je n’ai aucune idée de ce que l’avenir me réserve quant aux ingrédients nécessaires à ce blog — le principal est le temps disponible, mais il y a aussi l’inspiration, la motivation, la santé — mais je suis persuadé que j’ai encore des choses à dire.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le cap de la centaine

  1. 100 billets déjà… Moi qui n’ai aligné qu’un seul billet depuis 1 an (le fameux 6 mai 2012 qui a vu le départ de qui vous savez…). Ca me laisse rêveur, j’admire ta persévérance et ta discipline.

    En tout cas, autre compliment, ce n’est pas de la quantophrénie, tu ne fait pas des billets pour faire du volume, du chiffre, mais réellement pour dire des choses intéressantes. A chaque fois, je me demande de quel sujet tu vas traiter, et je suis souvent surpris. J’aime qu’on me propose des pistes de réflexion sur des sujets qui ne m’avaient pas interpellé auparavant (telle la quantophrénie déjà citée…).

    Continue comme ça, si j’avais plus de courage et de temps de cerveau disponible, je mettrai des commentaires un peu plus souvent (pas très difficile, ça doit être le 2ème que je poste…).

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s