Pistes de lecture – L’inégalité extrême

L’inégalité est une des caractéristiques majeures du monde contemporain.

A force d’entendre les chiffres, on finit par s’y habituer.

On ne devrait pas.

Ce billet, très court, va juste récapituler quelques chiffres. Il servira probablement de points de départ pour d’autres billets — dans la limite du temps disponible et de l’inspiration.

Car cet état de faits n’est pas juste un constat, ou une conséquence. C’est une cause majeure de dysfonctionnements et de catastrophes. Historiquement, ça a déjà été une cause majeure de catastrophes, et les mêmes causes produisent hélas souvent les mêmes effets. L’Histoire est tragique.

Eric Dupin, sur Slate et sur son blog, le 16 février 2013, donne une vision mondiale :

En 2002, le rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) indiquait que le revenu des 1% des habitants les plus riches équivalait à celui de 57% des plus pauvres.

Paul Jorion, sur son blog, le 6 avril 2013, donne le chiffre clef aux Etats-Unis :

aux Etats-Unis (…), le 1% le plus riche détient lui 40% de la richesse nationale.

Joseph Stiglitz, sur le blog Opinionator du New York Times, le 24 janvier 2013, précise comment les ultra-riches confisquent la croissance des revenus :

the top 1 percent of income earners took home 93 percent of the growth in incomes in 2010

Paul Krugman, dans The New York Times, le 19 janvier 2012, explique que les gains en capitaux sont les moins bien répartis :

three-quarters of [capital gains] go to the top 1 percent of the income distribution.

Jordan Weissmann, dans The Atlantic, le 19 septembre 2012, rend compte de travaux ayant comparé les Etats-Unis d’aujourd’hui aux treize colonies fondatrices en 1774 :

American income inequality may be more severe today than it was way back in 1774 — even if you factor in slavery.

Tim de Chant, sur le blog Square Mile, le 17 décembre 2011, rend compte de travaux de chercheurs ayant comparé les Etats-Unis à l’Empire romain à son zénith en 150 :

the top 1 percent (…) now control 40 percent. Even the Roman Empire, a society built on conquest and slave labor, had a more equitable income distribution. (…) In total, Schiedel and Friesen figure the elite orders and other wealthy made up about 1.5 percent of the 70 million inhabitants the empire claimed at its peak. Together, they controlled around 20 percent of the wealth.

Naomi Klein, prenant la parole devant le mouvement Occupy Wall Street, le 6 octobre 2011, suggérait qu’il est devenu vain de parler de « pays pauvres » et de « pays riches »  :

(…) it seems as if there aren’t any more rich countries. Just a whole lot of rich people. People who got rich looting the public wealth and exhausting natural resources around the world.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans néolibéralisme, Pistes de lecture, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s