Changer le sens des rivières

Les fleuves, les rivières, les cours d’eau me fascinent. Je l’ai déjà dit, je le répète.

Des questions d’enfant sont toujours dans ma tête. Comment se fait-il que l’écoulement semble tellement continu, permanent, alors que les pluies sont discontinues, épisodiques ? Qu’est-ce qui régule les cycles des eaux ?

Où vont les rivières ? Dans des fleuves ? Alors où vont les fleuves ?

Peut-on changer le sens des rivières ?

Ces dernières années, grâce au Web en général, à mon iPhone la plupart du temps, et à Wikipedia en particulier, j’ai pu m’évader périodiquement au fil des fleuves et des rivières. Souvent en toute fin de journée, comme si je voulais suivre une rivière ou un fleuve tout en glissant vers le sommeil, au fil de l’eau qui coule doucement et tranquillement, éternellement.

Ainsi, j’ai vérifié qu’il y a sur tous les continents sauf l’Europe (si on omet la Volga) des fleuves qui n’atteignent jamais l’océan, s’écoulant dans des bassins intérieurs. Je connaissais la mer d’Aral, la mer Caspienne, le lac Tchad, le delta de l’Okavango, la Grand Lac Salé de l’Utah, j’en ai découvert d’autres, j’ai appris que cela s’appelle l' »endoréisme« .

J’ai cherché à en savoir plus sur les quelques cours d’eau dont le sens d’écoulement change périodiquement. Je savais qu’un affluent du Mékong venant du Cambodge est dans ce cas, je sais maintenant qu’il s’appelle Tonle Sap, pendant la saison sèche c’est un lac qui se déverse dans la Mékong, pendant la saison humide, le lac est rempli par la crue du Mékong.

Il me semblait que, pour certains estuaires, on pouvait, par abus de langage, assimiler la marée montante à une inversion du sens d’écoulement. J’avais beaucoup entendu parler jadis de certaines rivières du Nouveau-Brunswick se déversant dans la Baie de Fundy. Mais apparemment, il faut plutôt parler de « mascaret« , typiquement au Nouveau-Brunswick pour la rivière Petitcodiac.

Il y a aussi des histoires curieuses de lacs artificiels, ou artificiellement aggrandis, des canaux dont le sens a changé, en Californie du Sud, à certaines époques pour l’irrigation, plus récemment pour faire transiter l’eau prélevée sur le fleuve Colorado. Il faudra que je relise l’histoire du Lac Salton, je n’ai pas les idées claires à son sujet.

J’ai découvert le cas du Casiquiare, un cours d’eau qui relie en Amérique du Sud l’Orénoque et le Rio Negro, affluent de l’Amazone. Plus précisément, l’Orénoque se divise en deux branches à un certain endroit : quatre cinquièmes de ses eaux suivent le cours de ce qui est appelé l’Orénoque jusqu’à l’océan, le reste forme le Casiquiare, ou Canal de Casiquiare, qui, affluent du Rio Negro, rejoint le bassin de l’Amazone. Ce n’est pas un petit cours d’eau, son débit moyen annuel est de l’ordre de 2000 m3/s, contre 1700 m3/s pour le Rhône avant son delta.

Le mot pour désigner un tel cours d’eau sortant d’un autre est « défluent » : un bras d’un cours d’eau qui ne rejoint jamais le cours d’eau principal. Par opposition aux branches qui se rejoignent, comme les bras de la Seine, comme le canal de Jonage et le canal de Miribel en amont de Lyon, comme le delta intérieur au confluent de la Rivière des Outaouais et du Saint-Laurent, qui entoure l’île de Montréal. « Défluent » est le mot à utiliser notamment pour désigner les trois mystérieuses branches du Rhin à son arrivée aux Pays-Bas : l’IJssel, le Waal et le Rhin Inférieur.

J’ai lu avec intérêt des histoires de dérivation de fleuves.

Et d’abord des histoires sur le grand projet de la défunte Union Soviétique, qui me fascine depuis mon enfance : le détournement, ou au moins la dérivation partielle, de fleuves de Sibérie (l’Ob et l’Irtych, dans certaines variantes, indirectement, le Ienissei) vers le Sud, vers le bassin de la Mer d’Aral. Beaucoup de légendes ont circulé sur ce projet, par exemple que des travaux utilisant des bombes atomiques pour creuser des canaux gigantesques étaient envisagés, ou avaient déjà été entrepris. Si on en croit cet article de Libération daté du 28 juillet 2009, rien n’avait vraiment été commencé. Mais tant de choses ont été écrites là-dessus …

J’ai appris que, selon certaines théories, un tel écoulement des eaux de Sibérie vers l’Asie Centrale, du Nord vers le Sud, se serait produit à certaines ères glaciaires. Les glaces accumulées dans l’Arctique auraient bloqué le déversement de l’Ob et de l’Ienissei dans l’Océan Arctique, formant une immense mer intérieure se déversant dans la mer d’Aral. Voir cet article de recherche daté du 13 février 2003 (avec de chouettes cartes en couleur), ou ce brouillon non-daté.

J’ai découvert d’autres théories sur l’existence à certaines ères glaciaires de grands lacs d’Amérique du Nord, maintenant disparus. Selon l’une de ces théories, la vidange subite de l’un d’entre eux, appelé Lac Agassiz, en déversant en quelques mois ou années des quantités considérables d’eau douce dans les océans, aurait eu des conséquences planétaires.

J’ai lu avec émerveillement quelques histoires de vraies modifications (ou corrections) de cours d’eau. Je n’en évoquerai que deux ce soir.

La première a été tentée en Amérique du Nord, au XIXème siècle, par des généraux de l’armée des Etats-Unis, dont le général Grant, pendant la Guerre de Sécession. Les armées de l’Union avaient pris le contrôle de tout le cours du fleuve Mississippi, encerclant la Confédération, sauf en deux villes, dont une seule reliée au réseau de chemin de fer : Vicksburg, Etat du Mississippi. Comme l’explique cet article du blog Opinionator du New York Times daté du 18 janvier 2013, au titre sublime : « The Canal to Nowhere », Vicksburg était extrêmement bien défendue. L’idée était de creuser un canal, qui entraînerait un détournement des eaux du Mississipi à l’ouest de Vicksburg, ôtant toute valeur stratégique à cette ville. Ça n’a pas marché.

La deuxième a été entreprise en Suisse, au XVIIIème siècle, plus précisément dans l’arrière-pays (Oberland) bernois. Pour différentes raisons, il fut décidé de détourner une partie des eaux de la rivière Kinder vers le lac de Thoune (ou Thun). Comme l’explique la fiche Wikipedia intitulée « Déviation de la Kander« , le projet a vite échappé à ses concepteurs, le rivière Kander a approfondi son canal de dérivation, et en quelques mois, ne coule plus que dans son nouveau cours, abandonnant complètement l’ancien, avec des conséquences inattendues et catastrophiques pour le lac de Thun et la ville de Thun. Les Suisses ont tiré les leçons de cette entreprise pour d’autres entreprises de modification de cours d’eau dans les siècles suivants, qu’ils appellent « corrections » : correction de la Linth, corrections des eaux du Jura, etc.

J’ai eu la chance de visiter ces belles régions de Suisse — Thun, Interlaken, Bern, Neuchatel, Luzern, Zürich, usw — il y a longtemps, mais je n’avais pas soupçonné ces entreprises hydrauliques. Ce sera peut-être pour un autre voyage.

J’ai vu le Mississippi. J’ai vu la baie de Fundy. Les reverrai-je un jour ?

Mais je sais que la plupart des lieux, fleuves et rivières que j’ai évoqués dans ce long billet — médité, préparé, sédimenté au fil des semaines — je ne les verrai jamais.

Alain Souchon, 1988 :

J’aime les regretteurs d’hier
Qui trouvent que tout ce qu’on gagne, on le perd
Qui voudraient changer le sens des rivières

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans géographie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Changer le sens des rivières

  1. Anonyme dit :

    pourquoi les rivieres changent de sens assez souvent ?

  2. pierre dit :

    Bonjour quel est le terme grec pour parler de l inversion du cours d une riviere .
    Merci

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s