Pistes de lecture – Démesures des oligarchies

L’inégalité extrême est une des caractéristiques essentielles du monde contemporain.

Elle a de nombreuses conséquences, elle aura de nombreuses conséquences.

L’une d’entre elles est que les maîtres de la richesse — qu’on appellera « oligarques » ou « ploutocrates » ou juste « super-riches » — perdent tout sens de la mesure. Leur arrogance, leur pouvoir et leur désir de pouvoir, leur démesure, leur hubris, leur violence, n’ont plus de limites.

Quelques pistes de lecture pour explorer ce vaste sujet. Je pense qu’il est difficile de sous-estimer les conséquences effroyables, pour la collectivité, qui pourraient en découler. Certains précédents viennent à l’esprit facilement : 1933, 1789, ou encore 1914 !

* * *

Claire Provost, racontant le dernier livre de Susan George, dans The Guardian, le 31 décembre 2013 :

« Ordinary people in the [global] south from the late 1970s until today have had to pay for the crimes and the greed and the odious debts of the dictators of their own governments, of their own upper classes, and they know very well what this means for the population: it means deep cuts in housing, education, culture, health, » she says.

« Now it’s our turn. Now it’s called austerity. Call it what you like, but it’s the same policy — it’s socialise losses, privatise profits … [and] this has been pushed to a point where, although we began richer than the countries of the south … we are really creating now a situation where there are desperately poor people in Europe, in Britain, in normally wealthy countries. »

The question for George is whether the austerity programmes pushed by European governments despite their social costs are mistakes, or deliberate policies. She is convinced of the latter and argues there is a class in Europe that has never accepted the gains working people have made since the second world war and has decided that this is the perfect moment to try to claw them back.

In her latest book, George’s imagined working group of experts give their benefactors the good news first: that they (the 1%) are winning and are « even more firmly in control of economic, political and even social developments than was the case before the crisis struck ». The bad news is that the situation remains precarious.

Her tips for the rich include exploiting divisions among peoples’ movements and exercising restraint in public displays of wealth. Above all, the working group argues that « to persuade is to win », and for the relentless repetition of lines such as: « the private sector will always outperform the public »; « a truly free society cannot exist without a free market »; « inequality is not a so-called problem but is intrinsic to society and could be genetic ».

  • Ce dernier paragraphe est peut-être le plus intéressant de tout cet article. Propagande. Bourrage de crâne. Fausses évidences. Faux « bon sens ». Faux « ordre naturel« . Mensonges, mensonges, mensonges. Lies, lies, lies.

Matthew Hutson, dans Slate, le 3 janvier 2014, sous le titre « The Rich Think They’re Superior. That’s Deluded and Dangerous. » :

But say you’re in that top 0.01 percent — or even the top 50 percent. Would you want to admit happenstance as a benefactor? Wouldn’t you rather believe that you earned your wealth, that you truly deserve it? Wouldn’t you like to think that any resources you inherited are rightfully yours, as the descendant of fundamentally exceptional people? Of course you would. New research indicates that in order to justify your lifestyle, you might even adjust your ideas about the power of genes. The lower classes are not merely unfortunate, according to the upper classes; they are genetically inferior.

(…) Kraus and Keltner found that the higher people perceived their social class to be, the more strongly they endorsed just-world beliefs, and that this difference explained their increased social class essentialism: Apparently if you feel that you’re doing well, you want to believe success comes to those who deserve it, and therefore those of lower status must not deserve it. (Incidentally, the argument that you « deserve » anything because of your genes is philosophically contentious; none of us did anything to earn our genes.)

Higher-class Americans may well believe life is fair because they’re motivated to defend their egos and lifestyle, but there’s an additional twist to their greater belief in a just world. Numerous researchers have found that upper-class people are more likely to explain other people’s behavior by appealing to internal traits and abilities, whereas lower-class individuals note circumstances and environmental forces. This matches reality in many ways for these respective groups. The rich do generally have the freedom to pursue their desires and strengths, while for the poor, external limitations often outnumber their opportunities. The poor realize they could have the best genes in the world and still end up working at McDonald’s. The wealthy might not merely be turning a blind eye to such realities; due to their personal experience, they might actually have a blind spot.

  • Sans commentaire.

Paul Krugman, dans The New York Times, le 26 janvier 2014, sous le titre « Paranoia of the Plutocrats » :

Extreme inequality, it turns out, creates a class of people who are alarmingly detached from reality — and simultaneously gives these people great power.

The example many are buzzing about right now is the billionaire investor Tom Perkins, a founding member of the venture capital firm Kleiner Perkins Caufield & Byers. In a letter to the editor of The Wall Street Journal, Mr. Perkins lamented public criticism of the « one percent » — and compared such criticism to Nazi attacks on the Jews, suggesting that we are on the road to another Kristallnacht.

You may say that this is just one crazy guy and wonder why The Journal would publish such a thing. But Mr. Perkins isn’t that much of an outlier. He isn’t even the first finance titan to compare advocates of progressive taxation to Nazis. Back in 2010 Stephen Schwarzman, the chairman and chief executive of the Blackstone Group, declared that proposals to eliminate tax loopholes for hedge fund and private-equity managers were « like when Hitler invaded Poland in 1939. »

And there are a number of other plutocrats who manage to keep Hitler out of their remarks but who nonetheless hold, and loudly express, political and economic views that combine paranoia and megalomania in equal measure.

(…) I also suspect that today’s Masters of the Universe are insecure about the nature of their success. We’re not talking captains of industry here, men who make stuff. We are, instead, talking about wheeler-dealers, men who push money around and get rich by skimming some off the top as it sloshes by. They may boast that they are job creators, the people who make the economy work, but are they really adding value? Many of us doubt it — and so, I suspect, do some of the wealthy themselves, a form of self-doubt that causes them to lash out even more furiously at their critics.

  • Sans commentaire.

Monique Pinçon-Charlot, interviewée par Agnès Rousseaux dans Basta!, le 5 novembre 2013, sous le titre « La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps »

Cela semble si éloigné qu’on peut avoir l’impression de riches vivant dans un monde parallèle, sans impact sur notre vie quotidienne. Vous parlez à propos des riches de « vrais casseurs ». Quel impact ont-ils sur nos vies ?

Avec la financiarisation de l’économie, les entreprises sont devenues des marchandises qui peuvent se vendre, s’acheter, avec des actionnaires qui exigent toujours plus de dividendes. Selon l’Insee, les entreprises industrielles (non financières) ont versé 196 milliards d’euros de dividendes en 2007 contre 40 milliards en 1993. Vous imaginez à quel niveau nous devons être sept ans plus tard ! Notre livre s’ouvre sur une région particulièrement fracassée des Ardennes, avec l’histoire d’une entreprise de métallurgie, qui était le numéro un mondial des pôles d’alternateur pour automobiles (les usines Thomé-Génot). Une petite entreprise familiale avec 400 salariés, à qui les banques ont arrêté de prêter de l’argent, du jour au lendemain, et demandé des remboursements, parce que cette PME refusait de s’ouvrir à des fonds d’investissement. L’entreprise a été placée en redressement judiciaire. Un fonds de pension l’a récupéré pour un euro symbolique, et, en deux ans, a pillé tous les savoir-faire, tous les actifs immobiliers, puis fermé le site. 400 ouvriers se sont retrouvés au chômage. C’est un exemple parmi tant d’autres ! Si vous vous promenez dans les Ardennes aujourd’hui, c’est un décor de mort. Il n’y a que des friches industrielles, qui disent chaque jour aux ouvriers : « Vous êtes hors-jeu, vous n’êtes plus rien. On ne va même pas prendre la peine de démolir vos usines, pour faire des parcs de loisirs pour vos enfants, ou pour planter des arbres, pour que vous ayez une fin de vie heureuse. Vous allez crever. »

Comment s’exerce aujourd’hui ce que vous nommez « la violence des riches » ?

C’est une violence inouïe. Qui brise des vies, qui atteint les gens au plus profond de leur corps, de leur estime, de leur fierté du travail. Être premier dans les pôles d’alternateur pour automobiles, c’est faire un travail de précision, c’est participer à la construction des TGV, à l’une des fiertés françaises. Casser cela est une violence objective, qui n’est ni sournoise ni cachée, mais qui n’est pas relayée comme telle par les politiques, par les médias, par ces chiens de garde qui instillent le néolibéralisme dans les cerveaux des Français. Pour que ceux-ci acceptent que les intérêts spécifiques des oligarques, des dominants, des riches, deviennent l’intérêt général.

  • Mais à part ça, les riches sont gentils, bienveillants, humains, ils ne veulent que le bien de l’humanité, etc, etc, etc. Lies, lies, lies.

Marc Roche, dans Le Monde, le 8 janvier 2014

Money, money, money. En ce début janvier, dans la City, l’heure des bonus a sonné. L’atmosphère des salles de marchés est plus électrique que d’ordinaire. Chacun est sur des charbons ardents en attendant d’être informé, généralement lors d’un tête-à-tête avec son supérieur hiérarchique, du montant de la prime de 2013.

Le bonus, c’est deux, cinq, voire dix fois le salaire annuel. Tout dépend de la performance de l’employé, de son équipe et de la firme. Et tout indique qu’à Londres, cette année, ils seront à la hausse.

Déjà 2012 avait été une bonne cuvée, après la baisse de 2011. La rémunération moyenne des banquiers seniors de Goldman Sachs et de JPMorgan à Londres s’était élevée respectivement à 2,5 millions de dollars et 2 millions de dollars (1,8 million et 1,5 million d’euros). Les opérateurs les plus performants de Barclays ou de Royal Bank of Scotland avaient touché grosso modo la moitié. Au total, en 2012, 2 714 banquiers londoniens avaient gagné plus d’un million d’euros, selon un rapport de l’Autorité bancaire européenne, publié il y a deux mois. Enfin, les rémunérations au sommet de la hiérarchie de la City avaient été supérieures de 30 % à celles de Wall Street.

  • Pour des dizaines de millions de gens ordinaires, ce sont des années de crise, de restrictions, d’appauvrissement, de détresse, de misère … pour quelques milliers de banquiers, ce sont des années de goinfrerie … Les mots manquent parfois. Un seul me vient à l’esprit, en fait, le titre d’une chanson culte des années 1980s, mais je vais le garder pour une autre fois.

Philip Stevens, dans The Financial Times, le 16 janvier 2014, sous le titre « Nothing can dent the divine right of bankers »

Le banquier est mort; vive le banquier. It is time to admit defeat. The bankers have got away with it. They have seen off politicians, regulators and angry citizens alike to stroll triumphant from the ruins of the great crash. Some thought the shock of 2008 might change things. We were fools. Bankers are still collecting multimillion-dollar bonuses even as they shrug off multibillion-dollar fines.

Countries and companies have gone bust, political leaders have fallen like skittles, and workers everywhere have been thrown out of jobs. We are all a lot poorer than we might have been. Yet on Wall Street and in the City of London, it is business as usual. Has the world been made safe for liberal financial capitalism? The short answer is No.

(…) The basic structure of the system — with its perverse incentives, too-big-to-fail institutions and too-powerful-to-jail executives — remains untouched. The universal banks, combining straightforward commercial banking with high-risk trading, live on. The result is that the organising purpose of banking — to provide essential lubrication for the real economy — remains entangled with dangerous and socially useless speculation.

(…) The banks were not alone in their responsibility for the crash. There were other forces at work, not least huge imbalances in the world economy. Regulators were asleep.

Yet it is truly extraordinary that the reign of the bankers has carried on uninterrupted. Like monarchs of old, they have accepted some constraints, but these can be worn away over time. Their power and riches are largely untouched. Whatever happened, I sometimes wonder, to Robespierre’s guillotine?

  • Certes, il faut se méfier des Anglais, mais quand même … Si même un associate editor du Financial Times l’écrit …

Jose Mario Bergoglio, alias le Pape François, dans son encyclique Evangelii Gaudium, le 24 novembre 2013

Non à la nouvelle idolâtrie de l’argent

55. Une des causes de cette situation se trouve dans la relation que nous avons établie avec l’argent, puisque nous acceptons paisiblement sa prédominance sur nous et sur nos sociétés. La crise financière que nous traversons nous fait oublier qu’elle a à son origine une crise anthropologique profonde : la négation du primat de l’être humain ! Nous avons créé de nouvelles idoles. L’adoration de l’antique veau d’or (cf. Ex 32, 1-35) a trouvé une nouvelle et impitoyable version dans le fétichisme de l’argent et dans la dictature de l’économie sans visage et sans un but véritablement humain. La crise mondiale qui investit la finance et l’économie manifeste ses propres déséquilibres et, par-dessus tout, l’absence grave d’une orientation anthropologique qui réduit l’être humain à un seul de ses besoins : la consommation.

56. Alors que les gains d’un petit nombre s’accroissent exponentiellement, ceux de la majorité se situent d’une façon toujours plus éloignée du bien-être de cette heureuse minorité. Ce déséquilibre procède d’idéologies qui défendent l’autonomie absolue des marchés et la spéculation financière. Par conséquent, ils nient le droit de contrôle des États chargés de veiller à la préservation du bien commun. Une nouvelle tyrannie invisible s’instaure, parfois virtuelle, qui impose ses lois et ses règles, de façon unilatérale et implacable. De plus, la dette et ses intérêts éloignent les pays des possibilités praticables par leur économie et les citoyens de leur pouvoir d’achat réel. S’ajoutent à tout cela une corruption ramifiée et une évasion fiscale égoïste qui ont atteint des dimensions mondiales. L’appétit du pouvoir et de l’avoir ne connaît pas de limites. Dans ce système, qui tend à tout phagocyter dans le but d’accroître les bénéfices, tout ce qui est fragile, comme l’environnement, reste sans défense par rapport aux intérêts du marché divinisé, transformés en règle absolue.

  • Certes, il faut se méfier des jésuites, mais quand même … Si même le Pape le dit, ou plutôt le laisse écrire …

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans néolibéralisme, Pistes de lecture, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s