There is no silver bullet

Billet écrit en temps contraint

There is no silver bullet: La balle d’argent, ça n’existe pas.

There is no silver bullet: Pour les familiers d’histoires fantastiques, la balle en argent est la seule arme qui puisse tuer un loup-garou.

There is no silver bullet: Pour les informaticiens dotés d’un peu de culture de l’histoire de l’informatique, c’est une formule de Fred Brooks.

Fred Brooks était le chef du grand projet de système d’exploitation OS/360 chez IBM dans les années 1960s. Il a laissé à la postérité la « loi de Brooks », décrite dans son livre « The Mythical Man-Month » :

Adding manpower to a late software project makes it later.

Autrement dit : sur un projet logiciel en retard, rajouter des personnes supplémentaires ne fera qu’aggraver le retard — car la formation, la montée en connaissances de ces nouvelles personnes prendra du temps aux personnes déjà présentes. Je dis « personnes », parce que je déteste le mot « ressources » appliqué aux êtres humains — et je ne commenterai pas ce soir l’expression « ressources humaines ».

Et surtout, il y a le mythe de la balle d’argent. Fred Brooks a aussi publié un recueil d’essais dans les années 1980s, exprimant son scepticisme sur ce qui était alors présenté comme des outils et méthodes « révolutionnaires ». Le titre exact du principal de ces essais est : « No Silver Bullet — Essence and Accident in Software Engineering » . Extrait :

Not only are there no silver bullets now in view, the very nature of software makes it unlikely that there will be any–no inventions that will do for software productivity, reliability, and simplicity what electronics, transistors, and large-scale integration did for computer hardware. We cannot expect ever to see twofold gains every two years.

Je repense à Fred Brooks, je repense à cette expression « There is no silver bullet » , à chaque fois que j’entends parler de nouvelles techniques, nouveaux outils, nouveaux langages, nouvelles méthodologies, promettant monts et merveilles. En particulier lorsque s’en font les propagandistes (ou « évangélistes », c’est le mot consacré) des jeunes inexpérimentés. L’expérience, ça ne sert rien, pensent-ils en substance. Vous allez voir ce que vous allez voir.

Dans les années 1990s, c’était l' »objet ». Ces dernières années, c’est l' »agile ». Ou le « scrum ». Encore des mots qui ne veulent plus rien dire du tout, en seulement quelques années. Comme la bohème d’Aznavour, en somme. Les mots sont laminés, essorés, massacrés par les modes, ceux qui y croient bêtement et ceux qui en vivent cyniquement.

J’ai déjà cité, en parlant d’informatique, la sentence de Coco Chanel — à moins qu’elle ne soit de Jean Cocteau :

La mode, c’est ce qui se démode.

Au début des années 1960s, un général français, je ne sais plus lequel, vétéran de la guerre perdue par l’armée française en Indochine, avait été invité par des Américains à venir discuter aux Etats-Unis, peu avant le début de la montée en puissance des Etats-Unis au Vietnam. Il tenta de dissuader ses interlocuteurs, de les convaincre que c’est une guerre ingagnable dans laquelle ils allaient se lancer, de les avertir qu’ils allaient s’enliser. Et il s’entendit répondre :

Oui, mais nous, nous avons des hélicoptères.

L’âge aidant, je me méfie de plus en plus des chimères technologiques. De l’éblouissement par la nouveauté, le neuf, le clinquant, le gadget.

Il faut méditer la formule lumineuse d’Arthur C. Clarke :

Any sufficiently advanced technology is indistinguishable from magic.

Je ne crois pas à la magie. Je refuse de croire à la magie.

Je ne crois pas aux miracles. Je suis las d’entendre des crétins promettre des miracles — et encore plus las d’en voir d’autres y croire.

Je ne crois pas aux miracles. There is no silver bullet.

Je suis fatigué, mais face à une tâche considérable, je ne connais de méthodes que l’effort, le pragmatisme, la patience, l’endurance, le courage.

Face à 500 kilomètres à faire en voiture, il n’y a pas de miracle. Il faut faire son trajet, tenir sa moyenne, kilomètre après kilomètre, rester vigilant du premier au dernier kilomètre. Face à un gros tas de linge à repasser, il faut prendre son courage à deux mains, et commencer, vêtement par vêtement. Ça ne sert à rien de se précipiter. Ça ne sert à rien non plus de procrastiner. Il faut faire face. Il faut utiliser efficacement le peu de temps dont on dispose. Le temps est la plus rare des ressources rares. C’est comme ça.

Il y a les tâches qui ont un début et une fin, et puis il y a les tâches qui n’ont ni début, ni fin, ni axe, ni perspective. Il y a des droits chemins, et il y a des labyrinthes. Qu’importe, ni pour les uns, ni pour les autres, il n’y a de magie. Il n’y a pas de magie, il n’y a que de la tenacité, de l’intelligence, du pragmatisme. De la sueur. De la peine. De la souffrance. De la fatigue.

Education judéo-chrétienne ou pas, je crois encore bêtement à la malédiction de la Génèse :

Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.

There is no silver bullet? Eh ben oui, la vie c’est comme ça. C’est moche, mais c’est comme ça. La vie n’est pas comme on l’aurait voulue, la vie n’est pas ce qu’on croyait avoir choisi ou voulu, la vie est pleine de surprises, avec un gros quota de mauvaises surprises. Il faut s’adapter. Il faut faire face. C’est comme ça.

Bien sûr, on peut améliorer les choses, ça s’appelle suivant les cas, les gains de productivité, l’amélioration continue, le progrès social, le progrès technique, et j’en passe et des meilleures. Mais il n’y a pas de balle en argent. Il n’y a pas de miracle. Il n’y a que de la fatigue.

Je suis fatigué. Je suis tellement fatigué. Mais c’est la vie. C’est comme ça.

Je suis fatigué, mais l’heure tourne. J’ai des choses à finir. C’est comme ça.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans informatique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s