Au premier degré

Billet écrit en temps contraint

J’envie les gens qui ne vivent qu’au premier degré.

J’envie les gens qui vivent leur vie sans se poser de questions. Sans être amenés à remonter à toutes sortes de niveaux d’abstraction, de perspective, de questionnement.

Pourtant, je ne suis pas particulièrement calculateur ou cynique, je suis très mauvais comédien, je sais mal dissimuler mes pensées, et encore plus mes émotions. Je ne suis pas manipulateur, ou alors je ne m’en rends pas compte. Je déteste l’idée même de manipulation. Je suis surement très bête et très naïf.

Mais j’ai énormément de mal à vivre ma vie sans me poser des questions. Sans basculer périodiquement dans de grandes remises en cause. Sans m’interroger régulièrement sur le second degré, et le troisième degré, et pourquoi pas le quatrième degré. Je suis toujours à la recherche du sous-entendu, de l’allusion, du contexte, du non-dit, de l’ironie, de l’inconscient, du subliminal, etc.

J’envie les gens qui ne vivent qu’au premier degré.

J’envie les gens qui sont juste eux-mêmes, et rien d’autre. Les gens qui regardent juste devant eux, pas derrière eux, ni à côté d’eux. Qui ne se voient pas : juste, qui voient. Qui ne se voient pas comme une abstraction, ou comme quelque chose d’extérieur, comme quelque chose avec lequel on peut prendre ses distances. Qui ne se posent même pas la question !

J’envie les gens qui, pour reprendre une nouvelle fois la formule d’Emmanuel Carrère, « habite[nt] sans façon [leur] corps et [leur] place sur la terre » , sans vergogne, sans réflexion, sans aucun doute, sûrs d’eux-même, de leur corps, de leur esprit, et — j’insiste — de leur place sur terre.

J’envie les gens qui ne se posent pas de questions. Ce qu’ils font, ils le font, et ils n’ont pas hésité, et ils n’en ont pas honte. Ce qu’ils disent, ils le disent. Ce qu’ils veulent, ils le prennent. Et tant pis pour les contextes et les conséquences. Et tant pis pour les autres.

Un des nombreuses idées fascinantes dans « Inception », film de 2010, c’est l’idée qu’on peut se perdre facilement dans les niveaux d’abstraction. Idée qui était déjà là dans « eXistenZ », film de 1999 : « Are we still in the game? » On peut confondre les niveaux. On peut croire être revenu au premier degré, alors qu’on est encore égaré au deuxième ou au troisième degré. Ou, comme Mal, se croire encore au deuxième degré alors qu’on est déjà revenu au premier — et en mourir.

J’ai souvent l’impression de ne plus savoir à quel degré je suis. J’ai souvent cette impression d’être perdu. Complètement perdu. Sans totem. Sans repère. Sans issue.

Je voudrais juste être moi. Au moins une fois, rien qu’une fois. Juste être moi. Sans calcul, sans complexe, sans préjugé, sans crainte, sans horaires, sans convenances, sans responsabilités.

Gandalf ne bougea pas. Et, au même moment, loin derrière dans quelque cour de la cité, un coq chanta. Son chant était clair et aigu, insoucieux de toute sorcellerie et de toute guerre, saluant seulement le matin qui dans le ciel, bien au-dessus des ombres de la mort, venait avec l’aurore.

Insoucieux de toute sorcellerie et de toute guerre. Insoucieux. Sans souci. Sans souci de ne pas choquer, de ne pas faire de mal à personne, de respecter tout le monde, de faire aboutir quelque projet qui me dépasse. Juste être moi. Au premier degré. Rien de plus.

Pourquoi c’est toujours les mêmes qui s’amusent ?

J’envie les gens qui ne vivent qu’au premier degré.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s