Désintoxiquer ?

Billet écrit en temps contraint

Suivant un mot d’ordre de l’époque, je me dis souvent : Tu devrais te désintoxiquer. Tu croules sous les poisons, tu es épuisé par toutes sortes de toxiques, tu devrais te désintoxiquer. On vit mal, on est saturé de toxiques, on devrait se désintoxiquer !

Se désintoxiquer !

C’est très simple : il suffit d’arrêter tout ce qui est toxique.

Et, de nos jours, il ne faut pas aller bien loin pour trouver des choses toxiques. Il me semble parfois qu’en quelques décennies l’extension du domaine du toxique a été fulgurante — avec en couronnement, évidemment, la prise de conscience en 2008 que la finance est toxique — ce qui n’a pas empêché les financiers de continuer à piller et détruire le monde depuis 2009.

Se désintoxiquer ? Mais par où commencer ?

Les aliments peuvent être toxiques. Mais, comme je l’ai déjà évoqué, la frontière est très vite franchie, entre ce qui est « normal » et ce qui n’est « pas normal », entre ce qui est « naturel » et ce qui n’est pas « pas naturel ». Le café, est-ce naturel parce que c’est une plante ? L’alcool, est-ce « pas normal » parce que c’est issu d’un procédé de fabrication plus ou moins industriel ? Et, au-delà, qu’est-ce qui est « toxique » et qu’est-ce qui n’est « pas toxique » ?

Il y a quelques années, mon médecin traitant m’a conseillé d’arrêter les eaux pétillantes, et de privilégier les eaux alcalines, car une analyse de sang a révélé un excès d’acide urique, donc un risque de goutte. Alors j’ai essayé. Mais il faudra que je lui demande si je dois aussi arrêter les sodas.

Il parait qu’il faut aussi arrêter le pain. On l’entend partout : le pain, c’est ce qui fait le plus grossir ; le pain, c’est le pire des aliments. Surtout le pain industriel. D’une certaine manière, c’est toxique, si je comprends bien.

Et puis il y a la viande. Et j’avoue que ces dernières années, je me demande de plus en plus si, effectivement, en plus de tout le reste, il ne faut pas considérer la viande, surtout la viande industrielle, comme un aliment toxique.

Alors arrêter la viande ? Arrêter le pain ? Arrêter l’alcool, le café, pourquoi pas le chocolat ? Arrêter tout ce qui est gras, sucré, salé ? Arrêter tout ce qui donne un peu de plaisir ou l’impression de consoler ? Arrêter d’avaler tout ce qu’on avale parce qu’on est mal en sachant que c’est mal ? Qu’est-ce qu’il reste ?

Les environnements peuvent être toxiques. L’Île-de-France est toxique — l’agglomération la plus dense d’Europe, cet agglutinement insensé dans une cuvette humide et sale (dit « bassin parisien ») de dix millions d’êtres humains, quelques millions d’animaux, de véhicules à moteur, et de toutes sortes d’engins et de produits toxiques.

L’Île-de-France est toxique — comme la plupart des zones urbaines. Mais comment y échapper ? Alphonse Allais il y a plus d’un siècle recommandait de construire les villes à la campagne…

Les organisations peuvent être toxiques. Typiquement, le monde du travail, mais il n’y a pas que lui.

Le monde du travail est rempli de lieux toxiques — sous-ensembles, équipes, groupes, projets, sites, etc. Certains contextes rendent les gens fous, malades ou juste malheureux. Le harcèlement moral au sens légal est forcément l’oeuvre d’un individu malveillant, je prétends depuis longtemps qu’il peut être structurel. Certaines organisations détruisent à petit feu les individus. Par leurs principes, par leurs objectifs, par leur culture — autant que du fait d’un ou plusieurs individus isolés, toxiques ou « pervers narcissiques ». L’un n’empêche pas l’autre — au contraire.

Le burn-out, le stress, la pression, le manque de temps, la mise en concurrence systématique, l’agressivité, le mépris, j’en passe et des pires, tout cela peut être toxique.

Mais comment y échapper ? Comment échapper à ces toxiques-là ? On ne peut pas toujours fuir !

Les objets peuvent être toxiques. Et l’accumulation d’objets en elle-même est toxique. Toujours plus d’objets, partout des objets, c’est juste insupportable. Nous devenons beaucoup plus vite que nous ne nous l’avouons les esclaves de nos objets. Les objets nous étouffent. On peut qualifier l’invasion des maisons et des vies par les objets comme toxiques. Je n’aime plus Noël. Mais comment y échapper ?

Il me parait facilement démontrable que la télévision est toxique. Que les écrans sont toxiques. Mais comment y échapper ?

L’excès d’information est probablement toxique. Twitter est toxique. Internet est toxique. Même m’acharner à tenir ce blog est toxique et me fait du mal. Alors je fais quoi ? Je coupe tout ? J’arrête tout ?

L’automobile est toxique, elle rend la plupart des automobilistes bêtes et méchants, agressifs et irascibles, moi comme les autres — peut-être plus en Île-de-France qu’ailleurs. Mais comment faire sans, dans beaucoup de situations ?

Les personnes peuvent être toxiques. Surtout dans certains environnements, dans le monde du travail et ailleurs. L’homme est un loup pour l’homme, et l’homme peut être un toxique pour son semblable.

L’individualisme. L’égoïsme. Le mépris. L’indifférence. L’absence d’empathie. L’agressivité. La méchanceté. La manipulation. L’ingratitude. Traiter l’autre comme un animal domestique, comme un esclave, comme un paillasson ou comme une machine. Ou moins que tout cela.

Il y a des toxines chimiques, et il y a aussi des toxines psychiques — des venins, des poisons, conçus pour faire souffrir, pour paralyser, pour blesser, pour tuer. Mais notre époque, qui ne voit que ce qui se voit, nie le plus souvent la souffrance psychique (qui ne se voit pas) et donc a fortiori les toxines psychiques (qui se voient encore moins).

Pour ne pas parler des industries dont la spécialité est justement la diffusion de toxines psychiques — communication, marketing, médias, etc.

Il y a des individus toxiques et des contextes toxiques, et toutes sortes d’autres toxiques.

Comment y échapper ? Comment leur échapper ?

Ça parait tellement simple de le dire : y a qu’à se désintoxiquer ! Y a qu’à arrêter tout ce qui est toxique ! Y a qu’à changer de vie ! C’est facile ! C’est simple ! C’est évident ! C’est juste une question de volonté ! Je n’en crois rien. Je devrais peut-être essayer de croire, puisqu’aucun dieu du ciel ne s’intéresse à nous

Ou alors, juste s’asseoir et attendre que tout cela s’arrête.

Je termine en notant que les toxiques se propagent. Et ils s’accumulent.

A force d’être mal traité par d’autres, on finit par mal traiter les autres. On le voit constamment. Dans les organisations toxiques. Dans un embouteillage, où la nervosité des uns induit l’agressivité des autres — la bagnole ça rend juste bête et méchant — mais elle n’est pas la seule.

Le malheur est une spirale. Tout écosystème n’est que cycles. Tout cela tourne en rond.

Les produits chimiques toxiques se diffusent par la chaîne alimentaire. La chaîne alimentaire : concept désormais bien connu, j’espère qu’on l’enseigne toujours au collège — à moins que, au nom de la compétitivité et de la liberté d’entreprendre et de polluer, ça n’ait été sorti des programmes.

Les produits chimiques toxiques se diffusent par la chaîne alimentaire.

Comment qualifier les chaînes par lesquels les produits psychiques toxiques se diffusent ?

Comment briser ces chaînes-là ?

Comment se désintoxiquer ?

Peut-être plus important : comment ne pas intoxiquer les autres ?

Comment éviter de transmettre à ma fille mes propres toxines, qu’elles soient chimiques ou psychiques ?

Je suis fatigué.

Je crois que cette sentence est de Woody Allen :

La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans mid-life crisis, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s