Se dire que la vie n’est pas finie

Billet écrit en temps contraint

Crise de la quarantaine. Mid-life crisis. Suite et pas fin.

La vie. Suite et pas fin. Il ne faut pas déjà baisser les bras.

Dis-toi que ta vie n’est pas finie.

Bien sûr, tu ne peux plus te dire qu’elle ne fait que commencer. Bien sûr, les années en très bonne santé sont probablement derrière toi. Les années les plus irresponsables, probablement aussi. Les années les plus légères, peut-être aussi. Les années les plus joyeuses… qu’est-ce que tu en sais au fond ?

Dis-toi que ta vie n’est pas finie.

Tu aimerais bien retrouver la flamme qui t’avait fait écrire, un soir de grâce à l’autre bout de l’Europe, une éloge de la pensée positive. Rien ne te dit que tu ne trouveras pas d’autre flamme. Tu te dis que l’Histoire ne repasse pas les plats… qu’est-ce que tu en sais au fond ?

Dis-toi que ta vie n’est pas finie.

Dis-toi que tu n’es pas fini. Qu’on n’est pas fini. Que ce pays n’est pas fini. Que ce monde n’est pas fini. Qu’on existe encore, et peu importe que tu paraisses vieux, périmé, obsolète, usé, et autres amabilités. On est encore là. Tu es encore là. On a encore des choses à dire, encore des choses à faire, et même encore des choses à prouver. Tu es encore là. Encore debout. Toujours debout.

Puisque The X-Files a été relancé à la télévision, c’est l’occasion de te rappeler ce que disait à Fox Mulder son vrai père, dans l’un des derniers épisodes dont tu te rappelles, diffusé en Amérique du Nord un an avant que les électeurs de Ralph Nader en Floride ne se mordent les doigts. En 1999, Fox Mulder était supposé avoir 38 ans.

Don’t be so dramatic. Only part of you is dying. The part that played the hero. You’ve suffered enough – for the X-Files, for your partner, for the world. You’re not Christ. You’re not Prince Hamlet. You’re not even Ralph Nader. You can walk out of this hospital and the world will forget you. Arise.

Puisque, après avoir tergiversé pendant vingt ans, après une année 2015 allant de « On devrait être en train de coloniser Mars » à « Seuls sur Terre » , tu as enfin commencé à lire la trilogie martienne de Kim Stanley Robinson, médite le message de Hiroko, médite le concept de Viriditas.

It is sad the old dome is gone, isn’t it? But we must focus on what is coming. This too is viriditas. To concentrate not on what we have created, but what we will create. The dome was like a flower which wilts and falls, but contains the seed of a new plant, which grows and then there are new flowers and new seeds. The past is gone. Thinking about it will only make you melancholy. Why, I was a girl in Japan once, on Hokkaido Island! Yes, as young as you! And I can’t tell you how far gone that is. But here we are now, you and me, surrounded by these plants and these people, and if you pay attention to them, and how you can make them increase and prosper, then the life comes back into things. You feel the kami inside all things, and that is all you need. This moment itself is all we ever live in.

Dans Red Mars, tu as surligné :

But things change as time passes; nothing lasts, not even stone, not even happiness.

Dans Green Mars, tu as surligné :

But nothing lasts, not even stone, not even despair.

Tu te demandes bien s’il y aura une phrase équivalente dans Blue Mars. Alors lis-le.

Puisque ta fille t’écoute encore un peu, notamment parce qu’elle n’est pas encore vraiment adolescente, puisque ta fille t’écoute encore, parle-lui. Prends soin d’elle. Elle a besoin de toi. Si tu ne prends pas soin d’elle, personne ne le fera à ta place.

Puisque tu n’es pas mort, et puisque tu ne veux pas vraiment mourir, alors vis.

Puisque tu sais ce que tu n’es pas, concentre-toi sur ce que tu es.

You’re not even Ralph Nader.

Puisque tu as parfois eu de la chance, oublie que tu as aucune chance.

Puisque tu n’as réussi à vivre que partiellement, même si tu as essayé, essaie encore.

Puisqu’il te reste du temps à vivre, prends-le.

Puisque tu n’arrives plus depuis des années à te projeter dans l’avenir, il est temps de recommencer.

Tomber sept fois, se relever huit.

Arise.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans mid-life crisis, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s