Pourquoi ces rivières

Certains soirs, c’est comme un torrent.

Un torrent en crue. Ça coule à toute allure, ça emporte tout sur son passage.

Il a plu toute la journée, il pleut depuis plusieurs jours, ici et là. Tu n’y as pas prêté attention. Tu as l’habitude de la pluie. Tu as l’habitude de la tristesse. Tu as l’habitude des tristesses. Tu vis avec. Tu es avec. Tu es comme ça.

Et certains jours, le soir en général, ça se met à déborder. Ça déferle. Ça bouillonne. Ça éclabousse de partout.

Et puis il y a plusieurs torrents. Il y a plusieurs rivières. Et certains soirs, tous sont en crue en même temps.

Et les torrents se rejoignent. Et les rivières se rejoignent. Et tu es au confluent. Si au moins certains n’étaient pas en crue, tu pourrais échapper au pire. Paris n’a échappé au pire en juin 2016, que parce que la crue du Loing et de l’Yonne n’a pas été aggravée par une crue de la Haute Seine et de la Marne.

Pourquoi ces rivières
Soudain sur les joues qui coulent
Dans la fourmilière

Tu dis toujours qu’il faut remonter les rivières. Qu’il faut remonter le courant. Qu’il faut remonter à la source. Qu’il ne faut pas se laisser emporter par le courant. Qu’il faut surmonter. We shall overcome. Mais certains soirs, le courant est trop fort.

Certains soirs, tous les torrents déferlent en même temps. Certains soirs, toutes les rivières sont en crue en même temps. L’eau monte de tous les côtés. La Marne, la Seine, l’Yonne, l’Aube, le Loing, le Serein, l’Ouanne, toutes, tous, tout déborde, tout dévale la pente, tout converge vers toi, tout se précipite sur toi, tout va te noyer. Quelle que soit la direction où tu regardes, tu vois l’eau se précipiter vers toi.

Tu penses à Leonardo Di Caprio dans Inception, debout dans la maison japonaise en train de s’écrouler, qui voit des torrents d’eau tout à coup se précipiter sur lui. Dream is collapsing. Tu sais que toi, tu ne vas pas te réveiller. Tu aimerais bien te réveiller, ou alors t’endormir, changer de niveau, fuir. Tu te demandes. Tu ne sais plus très bien ce qui est réel ou pas. Tu ressens l’eau qui coule de partout, qui t’asperge de partout. Tu te sens te noyer.

Le malheur est une spirale, ça vient de tous les côtés, tu tournoies et puis tu te sens comme une coquillette dans un évier, aspiré par la siphon, emporté par le tourbillon, bientôt noyé, bientôt englouti, bientôt disparu.

Tu ne sais même plus si c’est réel ou pas. Tu as tellement l’habitude de te sentir te noyer. Ça fait partie du cycle des saisons. Ça doit être une calamité naturelle. C’est comme ça.

Tu as aussi tellement l’habitude qu’on te dise que ce que tu ressens n’est pas réel, n’est pas vrai, ne compte pas. Ça n’est pas objectif. Ça n’est pas quantifiable. Ça n’est pas factuel. Tout ça c’est dans ta tête. N’embête pas les autres avec ça. Ne pollue pas la vie des autres avec ça.

Tu voudrais te cacher. Il ne faut pas que ça se voie. Si ça se voit, ça sera pire. Si ça se voit, tu ne feras qu’aggraver ton cas. Tu sais qu’il faut que tu te taises. Il ne faut pas que ça s’entende, et tu sais très bien que ça imbibe tes moindres paroles, ça mouille tes cordes vocales, ça trempe tes phrases. Il ne faut pas que ça s’entende, tu ne veux pas inquiéter ta fille ou énerver personne. Tu ne veux faire de mal à personne. Tu ne veux de mal à personne. Tu n’as pas voulu tout ça. Tu es désolé de tout ça. Tu as honte de tout ça. Tout ça c’est dans ta tête. Ça ne regarde que toi. Tu n’y peux rien, mais il n’y a que toi qui y peut quelque chose. Tu dois le garder pour toi. Il ne faut pas que ça se voie.

C’est l’ultra moderne solitude

Tu voudrais te cacher. Tu es fatigué. Tu es las. Tu voudrais te coucher. Si tu peux, tu vas te coucher. Dormir, c’est fuir.

Tu ne veux pas te noyer, mais tu sens l’eau qui coule. Tu sens que tu coules.

La petite bête adore l’humidité.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans tristesse, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s