The Three-Body Problem : Trois soleils se lèvent à l’Est

Then, facing the dawn in the east, he began a final showdown…

J’ai lu en juin et juillet 2016 les deux premiers tomes de la trilogie « Remembrance of Earth’s Past » de l’auteur chinois Cixin Liu : « The Three-Body Problem » et « The Dark Forest » .

Ce sont des chefs-d’oeuvre, as far as I am concerned.

« The Three-Body Problem » a été publié en Chine en 2006, traduit en anglais en 2014. « The Dark Forest » a été publié en Chine en 2008, traduit en anglais en 2015. Le troisième tome, « Death’s End » a été publié en Chine en 2010 ; la traduction anglaise sort dans quelques jours le 20 septembre 2016. En juillet, quand j’ai terminé « The Dark Forest », pour la première fois depuis que j’ai un Kindle, j’ai été tenté de « pré-commander » un livre.

La mondialisation a parfois du bon. Elle permet d’accéder à des trésors qui jadis eussent été plus difficiles d’accès. Je me demande, par exemple, combien de temps s’écoulait, dans les années 1960s et 1970s, entre la publication en Pologne d’un livre de Stanislas Lem et sa disponibilité pour le public français. Ou combien il a fallu d’années pour faire connaître Edgar Allan Poe ou Herbert George Wells en France.

Je ne suis pas un expert en matière de science-fiction, ni ancienne, ni récente, je suis au mieux un amateur éclairé. J’ai entendu parler de Cixin Liu par hasard, en feuilletant les listes de lauréats des prix de science-fiction. « The Three-Body Problem » a été, en 2015, le premier roman chinois à recevoir le prestigieux prix Hugo. J’ai survolé ses fiches Amazon et Wikipedia pour me faire une idée des thèmes abordés par ce livre, sans trop creuser, pour éviter surtout d’en apprendre trop, pour ménager les effets de surprises ultérieurs — comme le dit un personnage de « The Dark Forest » :

Once I know where I am, then the world becomes as narrow as a map. When I don’t know, the world feels unlimited.

J’ai vu que « The Three-Body Problem » était disponible sur Kindle et j’ai commencé à lire ce livre. Cela fait plusieurs années que j’essaie de me remettre à lire de la science-fiction, notamment pour suivre un conseil d’Emmanuel Todd en septembre 2014.

Ça commence lentement, il m’a fallu quelques semaines pour lire « The Three-Body Problem ». Ensuite, il était hors de question que j’attende les vacances pour lire « The Dark Forest », et je l’ai littéralement dévoré en juillet, en à peine une dizaine de jours. Et depuis, j’attends « Death’s End ».

J’ai adoré ces deux livres.

Je voudrais éviter d’abuser des superlatifs, mais je n’avais rien lu de tel depuis bien longtemps. Il me semble difficile de rendre justice à ces livres en quelques lignes.

Si on mesure l’avancement d’un pays à ce qu’arrive à produire sa littérature de science-fiction (une théorie qu’effleure Emmanuel Todd dans « La Chute Finale », son livre de 1976 annonçant la chute de l’Union Soviétique), alors Cixin Liu illustre l’accession (ou le retour) de la Chine au tout premier rang des puissances mondiales. Il faut s’y faire. Il faut s’y préparer : nous, Français notamment, n’avons plus grand’chose qui puisse épater le reste du monde ; mais nous allons être de plus en plus épatés, comme le reste du monde, par des choses venues de Chine et dont nous n’aurons pas d’équivalent. Bienvenue au XXIème siècle.

Ce livre n’est pas facile d’accès. J’ai la chance de lire assez bien l’anglais, mais je ne suis pas bilingue, aussi suis-je probablement passé à côté de 10 % ou 20 % du livre. Peut-être que, quand ça sortira en français, je le relirai en français.

De plus, je connais assez mal la Chine, donc je suis surement passé à côté d’allusions, de contextes ou de non-dits, sur la Chine contemporaine, sur la longue Histoire de la Chine, et surtout sur la période épouvantable de la Révolution Culturelle — qui est le point de départ du livre.

Enfin, en bon Français biberonné à la fiction américaine contemporaine, je suis un peu perdu avec des patronymes tels que Wei, Wang, Ye, Shi (surtout que, si j’ai bien compris, en chinois on permute nom et prénom par défaut ?). Je suis plus à l’aise avec des Frank, John, Ann, Russell, ou même avec des Vlad, Arkady, Nadia, Maya. Mais il faut bien s’adapter à la mondialisation, n’est-ce pas ?

Ces petits obstacles ne sont que des détails, bien dérisoires par-rapport à l’émerveillement qu’apportent ces livres.

Je recommande fortement à quiconque qui lira ce billet de lire « The Three-Body Problem » — puis « The Dark Forest », dans la langue qu’il voudra ou pourra.

Je prie tout éventuel futur lecteur de s’accrocher, parce que ce n’est pas toujours facile, il y a parfois des longueurs apparentes (surtout dans « The Dark Forest »), mais Cixin Liu retombe toujours sur ses pieds. Et dans ces deux livres, les cent dernières pages (si cette expression a un sens sur un Kindle) sont juste fabuleuses. Fabuleuses. En particulier, j’ai lu et relu maintes fois l’avant-dernier chapitre de « The Dark Forest ».

It was a world that had not awakened yet, and didn’t know that it was now a chip placed on a cosmic gambling table.

« The Three-Body Problem » traite de thèmes nombreux et variés : les mathématiques, les sciences physiques, la Révolution Culturelle, l’idéologie et la théorie, les théories de la matière et des matériaux, les nanotechnologies, les communications interstellaires, les programmes SETI, l’intrication quantique, la théorie des cordes, et j’en passe et des meilleurs.

« The Three-Body Problem », ce qui donne le titre du premier livre, c’est un problème de physique classique — comment prédire les trajectoires d’un système de trois corps stellaires — typiquement, Soleil, Terre et Lune : Isaac Newton s’y était cassé les dents, Henri Poincaré avait démontré l’impossibilité de le résoudre de manière générique. Dans le livre, c’est aussi le titre d’un jeu vidéo immersif, parait-il inspiré de World of Warcraft ou Second Life, mais qui moi m’a forcément évoqué Civilization. Chaque partie se termine par :

The seed of civilization remains. It will germinate and again progress through the unpredictable world of Three Body. We invite you to log on in the future.

Les personnages de ce jeu s’appellent Copernic, Newton, Leibniz, Confucius ou encore Von Neumann. Ce qui donne des situations telles que :

Von Neumann and Newton looked at each other, puzzled. « A computer? A computing machine! Such a thing exists? » « You don’t know about computers? Then what did you have in mind for completing the vast amount of calculations? » Von Neumann stared at Wang with wide-open eyes, as though his question made no sense.

Ou encore :

« God is a shameless old gambler. He has abandoned us! » The speaker was Einstein, waving his violin. Wang didn’t know when he had shown up. The secretary general slowly nodded. « Yes, God is a gambler. The only hope for (…) civilization is to gamble as well. »

Ces deux livres sont denses — le premier peut-être plus que le deuxième — et pleins de pépites et d’effets de symétrie et d’échos. Par exemple, par deux fois, dans « The Three-Body Problem », est décrite la construction d’un ordinateur. Le premier est pour l’Empereur Qin Shi Huang, et son système d’exploitation est nommé Qin 1.0. Le deuxième s’appelle un sophon, et son système d’exploitation ne devient stable qu’en version 2.10. Ces deux ordinateurs sont juste incroyables, et j’en dirai pas plus, pour ne pas gâcher les effets de surprises à un éventuel lecteur.

Tout petit, tout petit, la planète

Il y a des passages et des phrases et des scènes mémorables dans ces deux livres. Je n’en citerai encore que quelques-unes, en espérant qu’elles donneront envie de les lire.

All the evidence points to a single conclusion: Physics has never existed, and will never exist. I know what I’m doing is irresponsible. But I have no choice.

She said: ‘If you succeed in solving the three-body problem, you will be the savior of the world. If you stop now, you’ll be a sinner. If someone were to save or destroy the human race, then your possible contribution or sin would be exactly twice as much as his.’

The study of the deep structure of matter is the foundation of the foundations of all other sciences. If there’s no progress here, everything else — I’ll put it your way — is bullshit.

First: Survival is the primary need of civilization. Second: Civilization continuously grows and expands, but the total matter in the universe remains constant.

Then, facing the dawn in the east, he began a final showdown (…)

Ces deux livres n’ont pas encore vieilli, ce qu’ils disent du « présent » ressemble bien à notre présent — début du XXIème siècle, âge d’or pour la République Populaire de Chine, mondialisation épuisante — à quelques nuances près — typiquement, il me semble que les légendes d’Oussama Ben Laden et de Hugo Chavez ont pâli depuis l’année de publication de « The Dark Forest ». Mais je pense que, malgré leur centrage sur ce « présent » qui n’est que le nôtre et qui s’estompera forcément, ils vieilliront bien.

Bref, j’ai adoré ces deux livres. J’espère que je ne serai pas déçu par le troisième. « Death’s End » sera disponible sur Kindle le mardi 20 septembre 2016 — je n’ai pas vérifié l’heure et le fuseau horaire.

J’espère que ce billet donnera envie de lire ces livres — sans en avoir trop révélé.

Ces deux livres ont accru mon envie de lire encore plus. Et ils m’ont encouragé à penser qu’il faut voir au-delà de toutes les impasses où moi, mon pays et mon continent, sommes en ce moment. Comme dirait Bertrand Badie : « Nous ne sommes plus seuls au monde » .

It will germinate and again progress through the unpredictable world of Three Body. We invite you to log on in the future.

Bonne nuit.

Publicités
Cet article, publié dans science-fiction, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour The Three-Body Problem : Trois soleils se lèvent à l’Est

  1. Nirgal dit :

    Pas de bol, l’éditeur français est Actes Sud. Il ne sera donc pas disponible en numérique.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s