L’effondrement et le Titanic

Le naufrage du Titanic, le 14 avril 1912, deux ans avant la catastrophe de 1914, est une métaphore presque évidente pour les théories dites de « l’effondrement ».

Le plus grand paquebot jamais construit, réputé insubmersible, fleuron de la plus grande puissance maritime de son temps, joyau technologique, heurte un iceberg lors de son voyage inaugural, et coule en moins de trois heures.

Le Titanic pouvait transporter 3547 personnes. Lors de son premier voyage, il transportait 2224 personnes. Il était équipé de 20 canots de sauvetage pouvant transporter jusqu’à 1178 personnes. Il y a eu 710 survivants.

Le syndrome du Titanic selon Nicolas Hulot

J’ai découvert par hasard, en préparant ce billet dans la foulée du premier sur le thème de « L’effondrement » , que Nicolas Hulot avait réalisé un livre en 2004 et un film en 2009 tous deux intitulés « Le syndrome du Titanic ».

Le résumé du livre sur le site de son éditeur me semble typique du discours de l’anthropocène : nous les hommes, nous sommes tous coupables, nous gentils Bisounours interchangeables, nous sommes tous également coupables, trions nos déchets et multiplions les petits gestes et tout ira mieux, etc. Pas le moindre début d’analyse sociale ou anthropologique. Un discours lénifiant auquel nous nous sommes habitués année après année, inoffensif et inefficient :

Les jours du monde tel que nous le connaissons sont comptés. Comme les passagers du Titanic, nous fonçons dans la nuit noire en dansant et en riant, avec l’égoïsme et l’arrogance d’êtres supérieurs convaincus d’être «maîtres d’eux-mêmes comme de l’univers».

Et pourtant, les signes annonciateurs du naufrage s’accumulent : dérèglements climatiques en série, pollution omniprésente, extinction exponentielle d’espèces animales et végétales, pillage anarchique des ressources, multiplication des crises sanitaires. Nous nous comportons comme si nous étions seuls au monde et la dernière génération d’hommes à occuper cette Terre : après nous, le déluge ?

C’est mignon, mais c’est vain. C’est du Nicolas Hulot tout craché. C’est compatible avec le système capitaliste, matérialiste et consumériste. Ça fait vingt ou trente ans que Nicolas Hulot et ses confrères servent la même soupe tiède, et elle se vend encore bien, aussi bien que des gels douche.

Comme je l’ai expliqué l’an dernier, au discours stérile sur l’anthropocène je préfère le discours rugueux sur le capitalocène.

La parabole du Titanic selon James Cameron

À l’eau tiède de Nicolas Hulot, je préfère l’eau glacée de James Cameron. Il connaît bien le Titanic, James Cameron : il en a tiré en 1997 l’un des films les plus couronnés de l’histoire du cinéma.

Near, far, wherever you are…
Non, tu ne chanteras pas !

J’avais déjà cité au tout début de ce blog, dans un billet daté du 1er mars 2013, une intervention de James Cameron datée de 2012, qui ne m’est jamais vraiment sortie de la tête. Je l’ai souvent évoquée (par exemple ici, et ). Je reste persuadé que James Cameron avait déjà exprimé quelque chose d’équivalent bien plus tôt, mais je n’ai jamais retrouvé une source antérieure à 2012.

Je l’avais cité, mais je ne l’avais pas traduit en français. Il n’est pas inutile de le citer à nouveau. Il n’est pas trop tard pour en proposer une traduction française.

Part of the Titanic parable is of arrogance, of hubris, of the sense that we’re too big to fail. Well, where have we heard that one before?
There was this big machine, this human system, that was pushing forward with so much momentum that it couldn’t turn, it couldn’t stop in time to avert a disaster. And that’s what we have right now.
Within that human system on board that ship, if you want to make it a microcosm of the world, you have different classes, you’ve got first class, second class, third class. In our world right now you’ve got developed nations, undeveloped nations.
You’ve got the starving millions who are going to be the ones most affected by the next iceberg that we hit, which is going to be climate change. We can see that iceberg ahead of us right now, but we can’t turn.
We can’t turn because of the momentum of the system, the political momentum, the business momentum. There too many people making money out of the system, the way the system works right now and those people frankly have their hands on the levers of power and aren’t ready to let them go.
Until they do we will not be able to turn to miss that iceberg and we’re going to hit it, and when we hit it, the rich are still going to be able to get their access to food, to arable land, to water and so on. It’s going to be poor, it’s going to be the steerage that are going to be impacted. It’s the same with Titanic.
I think that’s why this story will always fascinate people. Because it’s a perfect little encapsulation of the world, and all social spectra, but until our lives are really put at risk, the moment of truth, we don’t know what we would do. And that’s my final word.

La parabole du Titanic est en partie une histoire d’arrogance, d’hubris, de l’idée que nous sommes trop gros pour échouer.
Bon, est-ce qu’on n’a pas déjà entendu ça ailleurs ?
C’était une grosse machine, ce système humain, qui s’avançait avec un tel élan qu’il ne pouvait tourner, qu’il ne pouvait s’arrêter à temps pour éviter un désastre. Et c’est ce que nous avons maintenant. Au sein de ce système à bord du vaisseau, si vous voulez y voir un microcosme représentatif du monde, vous avez différentes classes, vous avez la première classe, la deuxième classe, la troisième classe. Dans notre monde maintenant, vous avez des nations développées et des nations sous-développées.
Vous avez des millions de gens affamés qui vont être les plus affectés par le prochain iceberg que nous heurterons, à savoir le changement climatique. Nous pouvons voir cet iceberg en face de nous dès maintenant, mais nous ne pouvons pas tourner.
Nous ne pouvons pas tourner à cause de l’élan du système, l’élan politique, l’élan économique. Il y a trop de gens qui font du pognon avec ce système, avec la manière dont ce système fonctionne maintenant et ces gens sont ceux qui tiennent les leviers de commande du système, et ils ne sont pas prêts à y renoncer.
Tant qu’ils n’y renoncent pas, nous ne serons pas capables d’éviter cet iceberg et nous allons le frapper, et quand la collision se sera produite, les riches auront toujours accès à la nourriture, aux terres arables, à l’eau potable et au reste. Ce sont les pauvres, ce sont les gens dans les cales qui seront impactés. Comme pour le Titanic.
Je crois que c’est pour cela que cette histoire fascinera toujours les gens. Parce que c’est un parfait petit résumé de notre monde, et de tout le spectre social, mais tant que nos vies ne sont pas vraiment en jeu, ce moment de vérité, nous ne savons pas ce que nous ferons. Et c’est mon dernier mot.

Voilà qui donne une toute autre perspective. On passe du noir et blanc à la couleur. On passe de la 2D à la 3D. Face au naufrage, face à l’effondrement, il ne faut surtout pas croire que tous les gentils êtres humains sont à égalité. Nous sommes peut-être « comme les passagers du Titanic », comme dit le gentil Nicolas Hulot, mais tous les passagers du Titanic n’étaient pas à égalité, bien au contraire.

Il faut se rappeler ce que sont les sociétés humaines, ce qu’est la « civilisation » humaine contemporaine, supposée tellement avancée, moderne, sophistiquée et toutes ces sortes de choses. Il faut notamment tenir compte des inégalités de développement, des inégalités sociales, des inégalités politiques, des inégalités en tous genres, et des rapports de domination. L’inégalité extrême. Les démesures des oligarchies. L’indécence. Il faut admettre qu’il y a des inégalités de vulnérabilité face aux chocs, et des inégalités de responsabilité des chocs.

Il est difficile d’aller au-delà des constats si bien énoncés par James Cameron, mais je vais quand même essayer de développer.

Hubris

Au premier étage, il y a l’hubris. L’hubris de 1912 valant bien celle de 1998, 2012 ou 2019.

L’ivresse technologique. Les illusions de la technologie. La certitude de la supériorité technologique. La foi inébranlable dans les miracles technologiques. Ce navire est insubmersible ! Une catastrophe ne peut pas arriver ! On trouvera toujours une solution ! The sky is the limit! Ayez confiance !

Le plus intéressant est que ceux qui proclament le plus fort leur fois en la science et la technique sont de nos jours de bons gros capitalistes.

Ils se déclarent persuadés que la science et la technique permettront forcément de surmonter la crise climatique, tout en étant les premiers à applaudir la liquidation de la recherche fondamentale et le massacre des universités au nom de l’austérité et pour financer de nouveaux cadeaux fiscaux.

Ils n’ont que « innovation » et « disruption » à la bouche, tout en étant les premiers à refuser tout investissement significatif dans ce qui ne promet pas des rentabilités financières colossales et rapides.

Ils participent aussi à la mythologie selon laquelle le capitalisme contemporain est synonyme de science et de technique (et de progrès, par-dessus le marché, de progrès et de progressisme !), sans voir que ce système, depuis des décennies, par conservatisme social, par conformisme et par cupidité, étouffe méthodiquement tout ce qui serait vraiment nouveau, vraiment radical, vraiment révolutionnaire. Pour aller plus loin sur ce thème, je vous renvoie notamment à un texte de David Graeber de 2014, déjà cité ici, intitulé « Sur les voitures volantes et la baisse tendancielle du taux de profit » .

Mais ils adorent célébrer les révolutions scientifiques et proclamer des miracles technologiques.

Sérénité

Au deuxième étage, il y a la sérénité.

L’absence de peur. L’absence totale de peur pour soi.

Ils n’ont pas peur. Ils sont persuadés que ça ne peut pas les toucher.

Quand on parle d’effondrement, il faut bien comprendre que ça n’effraie pas ceux qui sont persuadés qu’il y aura toujours pour eux un canot de sauvetage. Ceux qui se croient invulnérables. Ceux qui sont persuadés qu’ils ne peuvent pas perdre. Ceux qui savent qu’ils voyagent en première classe, et qu’ils auront forcément priorité pour accéder aux canots de sauvetage si nécessaire.

Dans le cas du Titanic, les faits leur ont donné raison. Si je m’en tiens aux données de Wikipedia retraitées sur mon Excel, 62% des passagers de première classe ont survécu, contre 41% de ceux de deuxième classe et 25% de ceux de troisième classe. Les faits sont têtus.

Je note en passant que c’est en général ceux qui sont persuadés qu’ils ne peuvent pas perdre qui raisonnent le plus facilement comme si tout était un jeu, et qui veulent imposer à tous leur vision du monde comme juste un jeu. La « gamification », comme le bullshit, ne tombe pas du ciel : c’est un moyen de plus de pourrir, voire d’empêcher, des discussions politiques sérieuses. It’s not a game, for God’s sake!

Intérêt

Au troisième étage, il y a l’intérêt.

L’intérêt bien compris. Le calcul. L’expression « Les eaux glacées du calcul égoïste » a été forgée par Karl Marx et Friedrich Engels 65 ans avant le naufrage du Titanic.

Quand on parle d’effondrement, il faut bien comprendre que certains, non seulement sont persuadés qu’ils ne risquent rien, mais en plus vont pousser à la roue, vont exiger que ça aille encore plus vite, toujours plus vite, vont proclamer à qui veut les entendre que ça ne va pas assez vite. Ils vont y voir leur intérêt.

You have to understand, most of these people are not ready to be unplugged. And many of them are so inured, so hopelessly dependent on the system, that they will fight to protect it.

Ce qu’il faut que tu comprennes, c’est pour que la plupart ils ne sont pas prêts à se laisser débrancher. Bon nombre d’entre eux sont tellement inconscients et désespérément dépendants du système qu’ils iront jusqu’à se battre pour le protéger. Tu m’écoutes, Neo, ou tu regardes cette femme en robe rouge ?

Quand on parle d’effondrement, il faut bien comprendre que certains, encore plus dangereux, ont quelque chose à gagner dans ce qui mènent au désastre. Ou qui au moins s’en sont persuadés.

On attribue à Voltaire cette observation, bien avant Karl Marx, bien avant le Titanic et bien avant la crise climatique :

Si vous voyez un banquier se jeter par la fenêtre, sautez derrière lui : vous pouvez être sûr qu’il y a quelque profit à prendre.

Dans le Titanic, certains voulaient arriver à New York avec plusieurs jours d’avance, ou même juste plusieurs heures d’avance sur les prévisions. Parce qu’ils espéraient une prime, ou parce qu’ils avaient décidé que leur temps était précieux, ou par simple vanité. Et tant pis pour les risques. Et tant pis pour les conséquences. Ils étaient persuadés qu’ils ne risquaient rien, rien de fondamental, parce que l’hubris technologique, parce que la certitude d’avoir un canot de sauvetage pour eux, et parce que leurs petits calculs égoïstes.

Quand on parle d’effondrement, il faut bien comprendre que certains gagnent beaucoup dans ce qui mine la civilisation humaine. Et ils veulent gagner encore plus. Et ils pensent avoir beaucoup à gagner à accélérer l’effondrement. Et, peut-être pire encore, ils n’imaginent pas d’alternative, ils ne se voient pas faire autre chose. Ils ne veulent pas renoncer à leur mode de vie extravagant, leurs privilèges, leur démesure, leur indécence.

Indécence

Au dernier étage, il y a l’indécence.

Dans son discours à Katowice qui l’a rendue célèbre, le 14 décembre 2018, Greta Thunberg expliquait :

Our civilization is being sacrificed for the opportunity of a very small number of people to continue making enormous amounts of money. Our biosphere is being sacrificed so that rich people in countries like mine can live in luxury. It is the sufferings of the many which pay for the luxuries of the few.

Notre civilisation est sacrifiée pour qu’un très petit nombre de gens puissent continuer à gagner d’énormes sommes d’argent. Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances de la plupart qui paient pour le luxe de quelques uns.

Et ces quelques-uns ont les moyens de se défendre. De défendre leurs intérêts. Leurs privilèges. Leur démesure. Leur indécence.

Juste un rappel historique récent : Un écologiste devait devenir président des Etats-Unis en 2000. Il s’appelait Al Gore. Il avait tous les atouts en main. Son adversaire était un abruti notoire. Il n’avait aucune chance. Et puis les forces de l’argent, et en particulier l’argent des industries des énergies fossiles, ont assuré la nomination de George W. Bush. Il n’avait aucune chance, mais il venait du pétrole, il était soutenu par le pétrole, et ensuite il a gouverné pour le pétrole.

Quand on parle d’effondrement, répétons que pour certains l’Histoire n’est qu’un jeu. Une table de jeu. Où on joue. Où on fait des paris. Où il faut parier sur la tendance qui va gagner. Quelle que soit cette tendance. Même si cette tendance mène à la catastrophe. Il faut le comprendre, il faudra le dire : certains seront prêts à parier gros sur l’effondrement, ou sur des effondrements. Certains parient déjà sur des effondrements. D’immenses fortunes ont été faites sur toutes les crises financières, notamment les plus récentes, on pourrait faire l’inventaire mais ça prendrait du temps.

Juste un rappel historique récent : La crise financière de 2008, dite « crise des subprimes ». « The Big Short » (livre sorti en 2010, lu en 2012 ; film sorti en 2015, vu en 2019 sur Netflix) explique mieux que n’importe quel autre support comment des gens ont parié sur la crise. Beaucoup de gens avaient vu venir la « crise des subprimes ». Ils avaient compris que le marché de l’immobilier américain allait se retourner, avec des conséquences considérables pour les invraisemblables châteaux de cartes bâtis dessus. Qu’ont-ils fait ? Ils ont rajouté leurs propres châteaux de cartes pour tirer partie de la catastrophe à venir. Ils ont cherché et trouvé des moyens pour parier sur l’arrivée de la catastrophe. Ils ont massivement parié sur l’effondrement. Et ils ont bâti des fortunes grâce à l’effondrement.

Ne doutons pas que, alors qu’approchent d’autres effondrements — pour ne pas parler de « l’effondrement » au singulier, certains se persuaderont qu’ils pourront tirer énormément de profits personnels, ou bâtir de superbes carrières, ou retirer gloires et honneurs, en aggravant le désastre. Et plus les précipices approcheront, plus nombreux et plus féroces seront qui voudront parier sur la chute.

Un rappel historique ? La catastrophe de 1914, deux ans et quelques mois après le naufrage du Titanic, reste pour moi une référence incontournable. Avec quelques bréviaires pour la comprendre, notamment celui fourni par Jules Romains, « Les Hommes de Bonne Volonté ». Cette oeuvre présente toutes sortes d’individus dans les années précédent la catastrophe de 1914. La plupart ignorent la guerre qui vient, certains la craignent, certains voudraient l’empêcher, certains brûlent de l’empêcher.

Mais d’autres ne craignent pas la guerre. Ils l’attendent. Ils l’espèrent. Ils sont même prêts à faciliter son avènement. Des généraux en mal de gloire. Des bourgeois en mal d’ordre. Des marchandes de canons en mal de débouchés. Des ambitieux en mal de carrières.

Ainsi dans le neuvième volume « Montée des Périls » , Jules Romains imagine ce que pouvait confier un industriel, le Comte de Champcenais, à un de ses confrères, en novembre 1909 (extrait d’un passage déjà cité sur ce blog il y a bien longtemps) :

La guerre est évidemment quelque chose de pénible, même d’atroce. Encore qu’il ne faille rien exagérer. Mais je commence à me demander si nous nous en tirerons autrement que par une guerre. (…) Nous sommes en pleine déliquescence. (…) Il n’y a plus d’autorité véritable. (…) Il arrive qu’un organisme ne puisse échapper à la mort que par une opération chirurgicale. (…) J’ai l’impression que nous n’éviterons la guerre étrangère que pour tomber dans la révolution, dans la guerre civile. Et, que voulez-vous ? la guerre civile, c’est tellement plus ignoble.

Il explique aussi, à la même période, comment ce même industriel français pouvait s’entendre avec un autre industriel allemand :

Zülpicher pensait qu’il y avait quelque chose à faire du côté des mitrailleuses. Il s’appuyait sur les résultats qu’il venait de recueillir Outre-Rhin. Au prix d’un peu d’adresse, en invoquant certains projets, vrais ou prétendus, de la France, et en liant ses intérêts à ceux d’une grosse maison allemande de fabrication d’armes, il avait obtenu que le gouvernement du Reich se préoccupât vivement de la question des mitrailleuses. La filiale de Zülpicher à Oberhausen s’était partagé, avec cette autre maison, quarante millions de marks de commandes en trois ans. Il en découlait maintenant pour la France une grave infériorité militaire qu’elle allait avoir à cœur de rattraper. D’où l’opportunité de créer une filiale française. D’où, aussi, le rôle éminent qui pouvait revenir à un homme comme Champcenais, et qu’un simple directeur technique n’était pas capable d’assumer. Les mitrailleuses se fabriqueraient toujours. L’important était de susciter les commandes, et de les diriger vers soi. Ce qui supposait toute une politique. Le pays ne prendrait pas conscience tout seul de son besoin de mitrailleuses. Il faudrait éclairer l’opinion, la réchauffer ; ne rien lui cacher des armements de l’adversaire, qu’on était bien placé pour connaître ; décourager les oppositions éventuelles. Donc s’assurer les concours les plus divers, dans la presse, au Parlement, dans les bureaux, dans l’armée. Le problème se présenterait de la même façon, si, au lieu de mitrailleuses, il s’agissait de plaques de blindage. Au reste, l’une des fabrications n’excluait pas l’autre.

De manière beaucoup plus surprenante, mais pas moins significative, dans le grand panorama qu’est le chapitre XXII du quatorzième volume « Le Drapeau Noir », chapitre intitulé « Tourbillon de feuilles avant l’orage », situé au printemps 1914, voici comment « Trois jeunes écrivains parlent avec Allory de la nécessité d’une guerre » (c’est le résumé officiel du segment) :

— Non, mon feuilleton n’avait pas d’intention politique. Je n’entends rien à la politique et ne veux rien y entendre. Je suis persuadé que sous tous les régimes j’aurais réussi à penser tout que sous ce que je pense, et à produire mon oeuvre… Mais croyez-moi, ce n’est pas impunément qu’une époque vit dans une trop longue paix, dans une prospérité endormeuse. Les vertus viriles disparaissent. L’héroïsme n’est plus qu’un mot dont on sourit. Citez-moi un seul personnage de nos pièces actuelles qui soit un héros. (…) Nous avons, il faut bien le dire, une littérature faisandée, qui est à l’image de nos mœurs. Personnellement, je commence à en avoir assez. Pas vous ?

Les trois jeunes littérateurs qui entourent Allory dans son cabinet de travail conviennent que l’époque est bien dégoûtante. Jacques Verdanzat déclare qu’évidemment une bonne guerre ne ferait pas de mal et qu’il a quelque mérite à le dire, puisqu’il partirait le premier jour. Mais ce qu’il attend d’une guerre, ce n’est pas tant une cure d’héroïsme. C’est — il s’excuse de son franc-parler — qu’elle creuse des vides… Il y a trop de monde. Toutes les carrières sont encombrées. On piétine sur place. Quelques coupes sombres là-dedans ; et tout ira mieux…

— À condition » dit le nommé Octave Perrelaud, romancier et journaliste, qu’on soit de ceux qui reviennent.

— Bah ! C’est comme au jeu. Il faut accepter le risque. Même s’il y avait une chance sur deux d’y rester, j’aime mieux ça que de végéter jusqu’à soixante-dix ans.

Allory se contente de sourire. Mais il est un peu choqué. Il se fait de la mission de la guerre une vue plus haute.

Pardonnons-leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font ?

Ce n’est pas un accident

Le naufrage du Titanic peut passer pour un accident. La catastrophe de 1914 peut passer pour un accident. L’effondrement ou les effondrements qui s’annoncent ne pourront pas passer pour des accidents.

La principale limite de la métaphore du Titanic est là. Aujourd’hui, sur les questions environnementales, sur les perspectives de l’effondrement ou des effondrements, on est au-delà des dirigeants du Titanic en 1912, du capitaine Edward Smith à l’armateur Bruce Ismay. On est au-delà des somnambules de 1914, de Raymond Poincaré à Theobald von Bettman-Hollweg. À eux je laisse le bénéfice du doute. Pas aux nuisibles de maintenant.

Sur les somnambules de 1914, l’historien australien Christopher Clark a fameusement conclu en 2013, ce qu’on ne pourra jamais dire des nuisibles de maintenant :

In this sense, the protagonists of 1914 were sleepwalkers, watchful but unseeing, haunted by dreams, yet blind to the reality of the horror they were about to bring into the world.

En ce sens, les protagonistes de 1914 étaient des somnambules, vigilants mais indifférents, hantés par des rêves, mais aveugles à la réalité de l’horreur qu’ils étaient sur le point d’apporter au monde.

Un article de l’écrivain australien Jeff Sparrow publié le 20 septembre 2019 dans « The Guardian » est intitulé : « This isn’t extinction, it’s extermination: the people killing nature know what they’re doing » , c’est-à-dire « Ce n’est pas une extinction, c’est une extermination : les gens qui tuent la nature savent ce qu’ils font » .

The ecological disaster that confronts us today extends way beyond climate. Some scientists speak of the « sixth extinction event » — but, as Justin McBrien argued, that phrase isn’t accurate.

We might less euphemistically discuss a « first extermination event ». Nature is not dying so much as being killed, by people who know perfectly well what they’re doing.

Le désastre écologique auquel nous faisons face aujourd’hui va bien au-delà du climat. Certains scientifiques parlent de « sixième extinction » — mais, comme l’a suggéré Justin McBrien, cette phrase n’est pas adéquate.

Nous devrions avec moins d’euphémisme discuter d’une « première extermination ». La nature ne meurt pas, elle est assassinée, par des gens qui savent parfaitement ce qu’ils font.

 

Les nuisibles

La question « Comment éviter l’effondrement ou les effondrements ? » est donc indissociable de la question « Comment mettre les nuisibles hors d’état de nuire ? »

Ceux qui sont persuadés qu’il y aura toujours un canot de sauvetage pour eux.

Ceux qui profitent déjà de ce qui mène à l’effondrement, et ceux qui vont vouloir parier sur l’effondrement.

Ceux qui n’ont pas peur.

Ceux qui veulent qu’on accélère.

Ceux pour qui ce n’est qu’un jeu.

Ceux qui ont été habitués à ne pas voir en le reste de l’humanité des égaux, des semblables, des êtres de chair et de sang, des sujets. Mais bien au contraire, juste des objets. Ou juste des animaux. Ou juste des chiffres. Ou des pixels sur des documents Excel ou PowerPoint.

Ceux pour qui nous ne sommes rien.

Comment mettre les nuisibles hors d’état de nuire ?

Comment la peur peut-elle changer de camp ?

Au siècle dernier, il a fallu, notamment, un Roosevelt et un Joukov.

Pour celui-ci je ne sais pas.

Bonne nuit.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’effondrement et le Titanic

  1. Anonyme dit :

    Qui pose problème, les 3% de nuisibles, ou ceux qui laissent tout faire ?

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s