Il n’y a plus que des comptables

J’ai déjà cité cette phrase extraordinaire relevée en décembre dernier dans le projet de réorganisation (traduire : suppression de 10% des effectifs) d’un grand opérateur télécom français :

L’innovation ne constitue pas un avantage compétitif dans les télécoms.

Si l’innovation n’est pas un avantage dans les télécoms (pour faire court : Internet, GSM, Nokia, WiFi, ADSL, BlackBerry, iPhone, Android), alors où y a-t-il encore un sens à réfléchir à l’innovation ?

Cette phrase est extraordinaire, car elle montre à mon avis à quel point la finance a pris le pouvoir partout. Ou plutôt les financiers.

La principale chose qui intéresse les financiers, c’est d’exploiter une rente, canaliser la rentabilité d’un capital, lisser les flux. Penser aux oligopoles de la distribution d’hydrocarbures ou d’électricité. Penser aux sociétés d’autoroute. Penser à l’immobilier. Le loyer tombe au début de chaque mois, tout seul ! Le rêve !

Certes, d’autres petits trucs peuvent intéresser les financiers : vendre ou acheter, échanger un capital contre un autre capital, gagner l’argent des loyers pour s’offrir des châteaux en Espagne, bricoler des montages à effet de levier qui étranglent par l’endettement, titriser n’importe quoi, jouer au grand jeu vidéo casino de la spéculation. Et faire éponger leurs dettes de jeu par les Etats.

Mais investir dans des projets industriels, techniques, commerciaux ? Dans de l’innovation ? Mais vous n’y pensez pas ! C’était bon pour le XXème siècle !

Quelques mois avant de mourir, en 1995, François Mitterrand aurait confié :

Je suis le dernier des grands présidents. Après moi, il n’y aura plus que des comptables.

Il n’y a plus de grands projets. Il n’y a plus de grands desseins industriels.

L’aluminium a été vendu à un consortium canadien. L’acier a été bradé à un oligarque britannique né en Inde. L’aéronautique va revenir aux Allemands, pendant que l’héritier indigne va épouser son mannequin belge. L’astronautique, le ferroviaire et l’automobile sont en sursis. L’informatique est transfusée en Inde. Le nucléaire est livré pieds et poings liés à la Chine Populaire. Quant aux télécoms…

Il n’y a plus que des comptables, qui récoltent les loyers au début du mois, et jouent avec leurs jeux vidéos.

Ils ont le pouvoir. Ils s’empiffrent, tout en mettant les gens ordinaires à la diète, et par-dessus le marché, en les culpabilisant d’être trop payés. Ils sont bien au chaud, tout en accusant les gens ordinaires de ne pas avoir le goût du « risque », d’être trop protégés. Ils sont aidés en tout — coaches, avocats, conseillers, courtisans, assistants –, tout en accusant les gens ordinaires d’être trop assistés.

Ils n’aiment pas les gens, de toutes façons, ils n’aiment que l’argent.

Bonne nuit.

Publicités
En passant | Cet article, publié dans France, néolibéralisme, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Tous les commentaires seront les bienvenus.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s